Lyme : le grand bazar des tests de diagnostic

Difficile de diagnostiquer la maladie de Lyme car sa responsable, la bactérie Borrelia, maîtrise l'art du camouflage pour ne pas être détectée par le système immunitaire ! L'organisme produit donc peu d'anticorps. Or ce sont ces anticorps que les tests réalisés en laboratoires, Elisa et Western Blot, recherchent dans le sang. Selon Christian Perronne, spécialiste des maladies infectieuses à l'hôpital de Garches, leur sensibilité ne dépasserait donc pas 60 %. Les tests allemands qui traquent l'ADN de la bactérie n'obtiennent pas de meilleurs résultats. Outre le fait qu'ils sont obligatoires pour la Sécurité Sociale, ces tests ont finalement comme seul intérêt de pouvoir distinguer la maladie de Lyme d'autres pathologies qui peuvent présenter des symptômes similaires. Le mieux est de se fier à l'examen clinique du patient. En cas d'érythème migrant (symptôme présent une fois sur deux), l'efficacité du traitement antibiotique suffit à démontrer la présence de Borrelia.

Source : Le Figaro, par Anne-Laure Lebrun
 

La revue de presse

Les véhicules électriques et hybrides sont plus économiques à l'usage...

Réduire de 90 % la consommation de viande d'ici 2050, c'est ce que devront faire les pays d...

44 nouvelles plaintes nominatives pour "mise en danger de la vie d’autrui", "...

Ils absorbent 3 à 9 fois leur poids en pétrole ! Transformés en boudins ou en...

9,8 % des Français sont passées par un épisode dépressif en 2017, selon...

Elle ralentirait notre vieillissement cérébral en luttant contre le stress et l...