Mercure : combien de poisson par semaine ?

MaquereauxDeux portions par semaine, dont l’une doit provenir d'espèces riches en oméga-3 (EPA et DHA) : saumon, sardine, maquereau, hareng, truite fumée… C'est la dernière recommandation de l'ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), qui précise également qu'en raison des risques de contamination, il faut limiter anguille, barbeau, brème, carpe, silure, lotte (baudroie), loup (bar), bonite, empereur, grenadier, flétan, brochet, dorade, raie, sabre, thon. À cause du risque lié au mercure, éviter espadon, marlin, siki, requin et lamproie.
Ne pas oublier aussi de respecter la chaîne du froid et les durées de conservation, de congeler pendant 7 jours les poissons à consommer crus, de manger les coquillages au maximum 2h après la sortie du frigo, d'éviter les coquillages ramassés n’importe où… 

Source : La Nutrition, par Marie-Céline Jacquier
 

La revue de presse

Une sélection de formations, MOOC ou vidéos en ligne, pour tous les âges et...

Quand on passe ses journées à l’intérieur, il vaut mieux s’assurer...

La sécurité de nos approvisionnements alimentaires est en question à travers...

Ce sont "des autoroutes pour les contagions". Les poussières agissent comme...

Les pressions humaines sur la biodiversité favorisent l'émergence de zoonoses (...

Hydroxychloroquine, remdesivir, lopinavir + ritonavir, lopinavir + ritonavir + interferon bê...