Mon enfant est insupportable !

Nos enfants sont champions du monde lorsqu'il s'agit de nous pousser à bout. Et certains plus que d'autres. Mais rien n'est jamais irréversible, voilà les 10 conseils pour faire régner un peu plus de calme à la maison et apaiser les relations parents-enfants.

Viesaineetzen.com - Mon enfant est insupportable !

Pas toujours facile de rester calme avec nos petits monstres ! Mais chercher des limites en faisant des bêtises ou en provoquant ses parents, fait tout simplement partie de l'enfance.

Publicité

En savoir plus

Il est turbulent, c'est normal docteur ?

Tous les enfants sont turbulents et ils ne sont pas pour autant hyperactifs.
Un enfant turbulent, c'est un enfant actif, curieux, dont la soif de découvertes lui procure une telle excitation qu'il a besoin du mouvement physique pour exprimer sa joie de vivre et sa liberté d'être.
Bonne nouvelle, non ?

1. De la routine
La répétition est rassurante pour les enfants. Se lever, manger, jouer et dormir à heure fixe leur donnent des repères.
"En créant des routines pour l'enfant et en les renforçant sans relâche, vous lui donnez un cadre et des limites externes qui l'aident également à améliorer son contrôle interne", explique le Dr Michel Lecendreux, pédopsychiatre.

2. Être cohérent, constant, clair et précis
"La plupart du temps, un enfant fait des bêtises parce qu'il ne connaît pas ses limites et aussi, parce que ses parents ne savent pas dire NON quand il le faut", explique Stephan Valentin, psychologue pour enfants et adolescents. Les instructions doivent être claires, formulées une à une, sans qu'elles nécessitent la moindre discussion. Dans Dur, dur de se faire obéir !, il insiste sur l'importance d'un comportement et d'une attitude parentales stables.

3. Fixer des priorités
Difficile de demander à nos enfants d'être des modèles de sagesse, alors que nous ne le sommes pas. Soyons modestes dans nos attentes, et demandons nous ce qui est le plus important : qu'il reste assis tout le repas sans gesticuler, ou qu'il dise merci et s'il te plaît systématiquement ?

4. Utiliser une approche multisensorielle
Une consigne est mieux comprise par l'enfant quand l'adulte se met à sa hauteur et face à lui pour lui parler.
Avoir un contact physique, comme une main sur l'épaule par exemple, amplifie la capacité d'acquisition du message.
Stephan Valentin conseille même de mettre par écrit les règles familiales : "signer un contrat, en écrivant les engagements de chacun et penser à accrocher cette liste de règles à un endroit visible de tous."

5. Ne pas être trop exigeant
"Les limites doivent être adaptées aux capacités et à la compréhension de chaque enfant", explique Stephan Valentin, "l'enfant pourrait s'opposer parce qu'il n'est pas capable d'intégrer les règles que vous avez fixées".
Et puis tous nos enfants sont différents. Pensons donc à bien adapter nos attentes en fonction de chacun.

6. Utiliser des sanctions immédiates
Une sanction n'est pas forcément une punition mais la note que l’on attribue à un comportement. Elle peut être positive sous forme de récompense ou négative sous forme de punition.
Toutes les sanctions doivent être expliquées et immédiates pour que nos enfants puissent établir un lien entre elle et leur comportement.

7. Ignorer les provocations
Fuyons ce type de confrontation pour ne pas laisser un conflit s'installer.
"Pour les enfants, avoir le dernier mot ou vous mettre en colère c'est la même chose. C'est avoir un immense pouvoir sur vous", explique le Dr Lecendreux.
"Les enfants utilisent aussi la colère comme provocation", ajoute Stephan Valentin, "face à cette violence, montrez vous le plus calme et le plus rassurant possible, c'est la seule façon d'aider votre enfant à retrouver son calme".

8. Avoir des paroles positives
5 messages positifs sont nécessaires pour contrecarrer 1 seul message négatif. Alors à nous, parents, d'être à l'affût de toutes les choses que nos enfants font ou disent pour pouvoir les valoriser ! Mettre en avant leurs bons côtés, leur donne envie de continuer à bien faire.

9. Avoir de l'imagination
"Le jeu est l'activité principale de l'enfant, un besoin vital, comme manger et dormir", explique Corinne Morel, auteur d'ABC de la psychologie de l'enfant.
Alors utilisons-le pour faire passer nos messages. Avec une petite pointe d'humour en plus, nous réussirons à déjouer les conflits, et combler la soif d'activités de nos enfants.

10. Se préserver
Un enfant est capable de comprendre qu'on est fatigué.
"Vous devez signaler à votre enfant que vous aussi vous avez des besoins et qu'il doit les respecter".
De temps en temps il faut passer le relais et faire une activité rien que pour nous. En rentrant nous sommes détendus, heureux de retrouver nos enfants et prêts à reprendre notre rôle de parent sereinement.

"J'te déteste !". La dureté des propos des nos enfants est à la hauteur de leur déception de ne pas avoir pu faire ceci ou cela, mais ne remet pas en cause leur amour.
Avoir un enfant qui obéit tout le temps et renonce à son NON, c'est plus facile à vivre certes, mais ce n'est pas bon pour lui, il restera le bébé de ses parents et ne pourra pas développer sa propre identité car dire NON signifie "je suis" pour un enfant.

 

Sources :
ABC de la psychologie de l'enfant, de la naissance à l'adolescence, Corinne Morel, Grancher Editions
La fessée, pour ou contre ?, Stephan Valentin, Editions Jouvence
Gérer un enfant difficile au quotidien, Deanna Canonge, Dr Michel Lecendreux, Solar


                

La revue de presse

Le nouveau Levothyrox ne comprend pas seulement du mannitol et de l'acide citrique, censés...

Est-elle si contagieuse, le vaccin est-il efficace, faut-il la traiter avec des antibiotiques ? Le...

Bouffées de chaleur, problèmes d'humeur ou d'insomnie… Les symptômes qui...

Comment laver les fruits et légumes pour les débarrasser des résidus de...

Comment trouver le financement des 100 milliards $ par an promis à partir de 2020 aux pays...

Les cadeaux de Noël faits maison ont l'intérêt d'être originaux, é...