Ne pas porter de masque pour se protéger du coronavirus est une "grande erreur", affirme un haut scientifique chinois

"La distanciation sociale est la stratégie fondamentale dans le contrôle de toutes les maladies infectieuses, et plus encore des infections respiratoires", explique George Gao, directeur général du Centre chinois de contrôle et de préventions des maladies, dans une interview publié par la revue américaine "Science".
En Chine, la stratégie s'est déployée en cinq temps : traitements non pharmacologiques, isolement des malades, identification et mise en quarantaine des cas contacts, interdiction des rassemblements, restriction des déplacements. Il est important que les mesures soient comprises et fassent consensus. Par ailleurs on a mis en place des thermomètres à l’entrée des commerces, des immeubles et dans les stations des transports en commun.
Concernant l'apparition du coronavirus sur le marché de Wuhan : "Aujourd’hui, je ne sais pas si c’est là que le virus est apparu, ou seulement un endroit où il a trouvé à se propager. Deux hypothèses subsistent, c’est à la science de trancher."
La Chine développe actuellement des essais cliniques sur des traitements et des vaccins. Les résultats devraient arriver dès le mois d'avril.
"La grande erreur aux États-Unis et en Europe est, à mon avis, que la population ne porte pas de masque. Ce virus se transmet par les gouttelettes respiratoires, de personne à personne. Les gouttelettes jouent un rôle très important, d’où la nécessité du masque – le simple fait de parler peut transmettre le virus."

Source : Le Monde, par Jon Cohen
 

La revue de presse

Les bars, cafés et restaurants des zones vertes sont enfin autorisés à rouvrir...

Plusieurs groupes se sont créés pour inventer le monde d'après la crise...

Le budget du plan vélo passera de 20 à 60 millions €, a annoncé la...

L'immunité induite lors d'un simple rhume pourrait avoir un effet protecteur contre le Covid...

Utilisée initialement dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, l'Anakinra a...

Un risque d'augmentation du nombre de suicides de 25 à 30 %, en moyenne, chez les jeunes d'...