Nutrition : pour bien vieillir, il faut adapter son alimentation à son âge

Se supplémenter en vitamine D, augmenter les apports protéiques au fil des ans (jusqu'à 2 portions de viande, œufs ou poisson par jour et 3 à 4 portions de laitage), adopter une alimentation diversifiée, plaisante, avec un rythme régulier (sans sauter de repas ni grignoter), associée à une activité physique adaptée et régulière. Pas d’aliment interdit, mais certains sont à limiter : aliments denses en graisses cachées (présentes notamment dans certaines préparations industrielles), produits très sucrés (sodas, confiseries) et alcool. En effet, avec l'âge, différents facteurs conduisent à une diminution de la masse musculaire (un perte de près de 40 % entre 40 et 90 ans) et une augmentation de la masse grasse : la dépense énergétique a tendance à diminuer et l'on prend du poids. Chez les personnes plus âgées, en revanche, la dénutrition est un phénomène courant qui passe souvent inaperçu. Sa fréquence augmente avec l’avancée en âge : 4 à 10 % des plus de 65 ans vivant à domicile, 15 à 38 % en Ehpad et 30 à 70 % lors d’une hospitalisation. Elle peut entraîner une sarcopénie (force et masse musculaire basses) qui a des conséquences importantes sur la mobilité, l’autonomie, le risque de chute et de fracture.

Source : The Conversation, par Anaïs Cloppet Fontaine, Agathe Raynaud Simon
 

La revue de presse

Anguille européenne, moineau domestique, tortue luth en Guyane et au Costa Rica, gorille des...

En circulant chez l'être humain, le SARS-CoV-2 évolue et la surveillance de ces...

En France, seulement 59 % de la population indiquent vouloir se vacciner contre le Covid-19, selon...

Il faut se frictionner les mains au moins 20 secondes, sans rincer, avec une solution contenant de...

75 % des Français ne font aucune restriction sur leur régime alimentaire ou se disent...

Pour que les gens se sentent à l'aise et bienvenus, qu'ils se sentent acceptés,...