Parents d'élèves : à quoi servent les associations ?

Chaque année, parmi les tonnes de papiers distribués à la rentrée par l'administration des établissements scolaires, à côté de l'enveloppe de l'aumônerie il y a celle des associations de parents d'élève… Alors cette année, on adhère ou pas ?

Vie saine et zen - Parents d'élèves : à quoi servent les associations ?

L'année dernière, les taux de participation aux élections des représentants de parents d'élèves, avec 43,55 % dans le primaire et seulement 25,4 % dans le secondaire, ont atteint les niveaux les plus bas depuis le début des années 90.

Publicité

En savoir plus

Quelle association choisir ?

L'UNAPEL concerne uniquement l'enseignement privé.
Entre la FCPE, la PEEP ou l'UNAAPE, il est bien difficile à la simple lecture des professions de foi de se faire une idée d'un quelconque "programme". Elles sont toutes pour la laïcité et la gratuité de l'enseignement public et affichent une neutralité politique de bon aloi.
En filigrane la priorité appuyée dans certains cas sur les valeurs morales, le rôle de la famille dans l'éducation ou l'égalité des chances laisse affleurer une sémantique qui peut laisser transparaître une certaine orientation politique.
La rumeur dit que l'UNAAPE serait très marquée à droite, la PEEP au centre droit et la FCPE à gauche.
Sur le terrain la réalité est beaucoup plus contrastée et dépend étroitement des personnalités qui animent les différents conseils locaux.

Mon conseil : rencontrer les membres des différentes associations, faire jouer ses antennes intuitives et aller vers celles et ceux avec lesquels on a le plus d'affinités personnelles.

FCPE, PEEP et autres UNAPEL ou UNAAPE… Le parent d'élève inondé par les papiers de la rentrée considère que de toute façon il a trop de travail, qu'il n'a pas le temps… Et pour toute une série de raisons, hop ! Il expédie le formulaire d'adhésion dans la poubelle du recyclable.

Être mieux informé
Pourtant pour Isabelle Carrez-Marratray, présidente du conseil local PEEP dans un lycée parisien, c'est une évidence : "si on s'intéresse à son enfant et à ce qu'il fait, on a envie d'en savoir plus."

Avoir un écho fidèle de ce qui se passe dans la classe de nos enfants relève parfois de l'enquête d'investigation ! Il y a bien sûr les entretiens et les réunions avec les professeurs mais ce n'est pas toujours suffisant. Et les papiers concernant les différents événements de l'année se perdent souvent au fond des cartables : voyages, fêtes, concerts, spectacles, classes nature, journées portes ouvertes… Mystère.
Se tenir au courant des changements perpétuels dans les programmes scolaires et les différentes options d'orientation est devenu également un challenge difficile à relever. À partir de la 3e et de son énigmatique AFFELNET (logiciel informatique d'affectation des élèves au lycée), les parents ont souvent du mal à capter l'information.

Résultat : rien de tel que d'être délégué(e) de classe et/ou d'assister aux réunions du conseil local d'une association ! L'accès à l'information est plus facile et l'échange entre parents toujours enrichissant. Elle est précieuse, l'expérience de ceux qui ont déjà fait face aux mêmes situations, aux mêmes professeurs et à la même administration !

Françoise Potier, présidente d'un conseil local FCPE à Paris, juge que c'est capital : "participer à la vie de l'établissement permet de faire le lien, de décloisonner vie scolaire et vie de famille."

Influer sur les décisions

Souvent les demandes des parents d'élèves vis-à-vis de l'administration ne sont pas suivies d'effets, ce qui contribue à la démobilisation générale.
Alors est-ce vrai que leur influence sur l'institution soit très limitée ? Cela dépend bien sûr du nombre d'adhérents de l'association. Cela dépend aussi de l'état d'esprit du chef d'établissement et de son écoute par rapport aux parents. Dans le lycée d'Isabelle, "les profs ont parfois l'impression d'être moins bien entendus que les parents !"

Dans tous les cas, la loi l'indique, les parents sont représentés dans différentes instances : conseils de classes, conseils de disciplines, conseil de vie lycéenne ou collégienne, conseil d'administration et différentes commissions…
Et dans certaines d'entre elles, non seulement ils sont représentés mais ils votent ! C'est le cas par exemple du Conseil d'administration qui se prononce sur le budget de l'établissement, les règles de discipline, les voyages...

Défendre des valeurs communes
Certaines associations ont pris dans le passé des positions politiques contestables au niveau national et ont par là contribué à la désaffection de certains parents. Aujourd'hui elles sont prudentes et se gardent d'afficher une coloration trop voyante.

Il reste qu'un certain nombre de valeurs permettent de rassembler. C'est le cas par exemple de l'école laïque, publique et gratuite. Serait-elle menacée ? Pour certains, il y aurait péril en la demeure et il serait important d'être le plus nombreux possible pour défendre notre modèle scolaire.

Échanger avec d'autres parents
Françoise est sensible à cet aspect : les associations permettent de "créer des moments de sociabilité qui sont devenus de plus en plus rares depuis les années 80".

Nombreuses sont les occasions pour des échanges de point de vue, des partages d'expériences qui se font souvent dans des cadres conviviaux. Des complicités voire des amitiés peuvent se nouer notamment autour de l'organisation de différents événements : fêtes, manifestations culturelles ou sportives, forums ou conférences…

Comme le dit Isabelle : "on ne peut pas toujours compter sur les autres pour s'engager."

Sources :
FCPE
PEEP
UNAAPE
UNAPEL

12 millions

d'enfants environ en 2009
étaient scolarisés
dans une école, un collège, un lycée
(dont 83 % dans le secteur public)


66 288

établissements
accueillent
les élèves
en France


25,4 %

seulement des parents
ont participé aux élections
de leurs représentants
dans le secondaire en 2009-10




                

La revue de presse

Le classement se fait selon l'échelle de Safir-Simpson créée en 1971 par un...

En l'état, le traité "ne donne pas la priorité aux préoccupations...

9 000 signalements sur 3 millions de personnes traitées au Lévothyrox… C'est...

Une baisse d'environ 10 % de la consommation de viande en France depuis 25 ans, toutes viandes...

Elles sont si communes que presque tout le monde en développe au moins une à une p...

Il y aurait concordance entre les propos machistes sur la virilité et la survenue de pannes...