Pesticides : le gouvernement propose une distance minimale de 5 à 10 mètres, "très insuffisante" pour les ONG

Elle est nettement inférieure aux 150 mètres réclamés par certains élus locaux à la suite de l'initiative du maire de Langouët (Ille-et-Vilaine)… La distance minimale entre les habitations et les zones d'épandages de produits phytosanitaires étudiée par le gouvernement, fait référence aux recommandations de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) : 5 à 10 mètres selon les cultures. Le gouvernement procède à un certain nombre de consultations et tranchera en octobre-novembre. Les organisations écologistes ont protesté contre ces mesures "vraiment insuffisantes". La réaction de Yann Arthus-Bertrand, président de la fondation Good Planet, résume leur position : "Je n’y crois pas, je pense que c’est un poisson d’avril".

Source : Le Monde
 

La revue de presse

Avec 11 % de son PIB consacré à la santé, la France est dans le peloton de t...

Des prescriptions moins coûteuses, avec plus de génériques (notamment pour les...

La luminothérapie est aussi efficace que les antidépresseurs pour lutter contre la d...

Une nouvelle étude montre que les SDHI, ces pesticides destinés à é...

Un tribunal reconnaît une carence de l'État et considère que l’on a...

1 390 €, c'est le revenu mensuel moyen des agriculteurs en 2017, selon un rapport de l'INSEE (...