Prévenir et soigner le mal de dos

Lumbago, sciatique, torticolis et autres dorsalgies, le mal de dos est de plus en plus répandu et, aujourd'hui, le plus souvent lié au stress. On dit que c'est le mal du siècle. Heureusement, de nombreuses pratiques thérapeutiques peuvent nous aider à le prévenir et à le soigner.

Viesaineetzen.com - Prévenir et soigner le mal de dos

Il s'agit d'un enjeu majeur en terme de santé publique. Les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentaient en 2009 plus de 80 % des maladies professionnelles indemnisées. Parmi les TMS, lombalgies et cervicalgies sont les affections les plus fréquentes : 34 % des travailleurs déclarent souffrir de problèmes de dos*.
"J'ai de plus en plus de patients qui viennent me voir pour des problèmes de mal de dos", constate Vincent Arin Stocchetti**, ostéopathe et kinésithérapeute.

Publicité

En savoir plus

D'où vient le mal de dos ?

Il y a trois types de causes :
- traumatiques : accident de la route, traumatisme sportif, faux mouvement ou petits chocs apparemment sans gravité ;
- rhumatologiques : usure ou dysfonctionnement d'une articulation (arthrose, hernie discale, scoliose, spondylolisthésis, rhumatismes inflammatoires et spondylarthrite ankylosante) ;
- idiopathiques : causes qui ne sont pas officiellement identifiées.

Ce sont les dorsalgies idiopathiques, sans doute dues au stress, qui sont le plus fréquemment rencontrées en cabinet, selon l'expérience de Vincent Arin Stocchetti**.

Le stress : facteur principal
"Le mal de dos le plus fréquent est celui qui est lié au stress. On vit dans un monde stressant, sur le plan professionnel comme sur le plan de l'organisation de la société. Or il existe une relation entre les tensions de stress au niveau du cerveau et des centres nerveux et le mal de dos mécanique." Cette relation peut être directe mais aussi prendre des chemins détournés. "Une personne se coince le dos en ramassant un pot de fleurs. Elle peut se dire qu'elle s'est fait mal au dos parce qu'elle a ramassé un pot. Mais si, au préalable, elle était stressée, son dos était fragilisé. On peut même imaginer que, si cette personne n'avait pas été stressée, elle aurait pu ramasser son pot sans se faire mal au dos."

Le stress fragilise la colonne vertébrale qui se retrouve "tendue, moins souple et plus vulnérable à des blocages".

Des stratégies de prévention
Comment gérer le stress et éviter qu'il n'envahisse le dos ? La technique la plus simple, c'est le sport.
"En pratiquant régulièrement une activité sportive non-violente on peut agir contre le mal de dos. La natation et la marche sont excellentes pour évacuer les tensions qui se diffusent dans le corps. Le yoga est aussi très intéressant ainsi que le Taiji et le Qi Gong car ce sont des pratiques douces, respectueuses de l'organisation du corps, qu'on peut adapter à chaque individu et pratiquer longtemps durant sa vie", recommande Vincent Arin Stocchetti.

Il y a aussi au quotidien toutes les mauvaises postures à éviter.
"La nuit, il faut une bonne literie et éviter de dormir sur le ventre. En voiture il est important d'avoir le dossier droit, une bonne distance entre l'épaule et le volant pour ne pas avoir à forcer au niveau de l'épaule et de la nuque." Il est également important de prendre conscience de son dos durant la journée de travail, notamment devant l'ordinateur. "Mais le plus important, au travail, c'est de fuir le stress. Essayer de rendre le travail le plus agréable possible, savoir gérer les conflits et les impératifs professionnels."

De nombreuses approches thérapeutiques
Pour établir un diagnostic il est sage de consulter un médecin. Mais, en dehors des cas aigus qui relèvent du rhumatologue, "les généralistes ont tendance à banaliser le mal de dos. Ils vont prescrire un décontractant ou un antidépresseur et vont considérer que c'est suffisant", regrette Vincent Arin Stocchetti. Pour lui, dans la plupart des cas, l'ostéopathe est le professionnel qui va apporter la meilleure réponse. "Il va considérer votre mal de dos sous les différents aspects (mécaniques, tensions internes) et prendre le temps de vous examiner".

D'autres approches de santé ont également leur intérêt : acupuncture, homéopathie, magnétisme… "Je m'intéresse beaucoup au magnétisme. J'ai travaillé avec un guérisseur, je suis allé voir travailler des magnétiseurs. Je suis persuadé que ce sont des gens qui travaillent avec efficacité et qui ne sont pas des charlatans. Il est probable qu'on ait dans le corps plusieurs systèmes de communication : le système nerveux, le système hormonal et un système biomagnétique de communication des informations. C'est par ce dernier système que l'information de stress pourrait être transmise au dos", explique Vincent Arin Stocchetti.
Voilà pourquoi, selon lui, beaucoup de pratiques ont une pierre à apporter. "Il n'y a pas que de la mécanique pure et simple au niveau du corps, il y a aussi une implication de l'énergétique. Ensuite chacun sa méthode !"

Choisir en étant acteur de sa santé
Alors laquelle choisir ? Le mieux est de se fier à son instinct, apprendre à écouter son corps.
"Quel que soit le praticien de santé, kiné, acupuncteur, ostéopathe ou médecin, à l'issue du traitement on doit se sentir apaisé. Si ce n'est pas le cas c'est que le thérapeute n'est pas bon ou que la thérapie n'est pas adaptée."

Cela implique que le patient soit pleinement acteur de sa santé. "Il ne doit pas être un figurant, il ne doit pas subir l'autorité médicale. Il doit avoir le pouvoir de décider quelle est la meilleure thérapie pour lui et refuser une thérapie si elle ne lui convient pas. Il faut que le patient soit conscient des traitements possibles et qu'il puisse interagir avec son traitement."

 

*L'Assurance Maladie : Qu'est-ce que les troubles musculosquelettiques ?
**Auteur de Le mal de dos, éditions De Borée


                

La revue de presse

12 à 20 milliards €, soit 100 à 160 € par personne, le coût du...

La moitié des rivières françaises et un tiers des nappes phréatiques...

Trois pesticides interdits en bio, retrouvés sur des carottes de la marque BioC'Bon par des...

Dans la foulée des "people", Novak Djokovic, Lady Gaga ou Oprah Winfrey, les t...

Depuis le 17 octobre dernier, les risques de certains médicaments en période de...

Chez un malade sur deux, la privation de sommeil serait efficace pour réduire les sympt...