Réchauffement Climatique

Le réchauffement climatique est un phénomène d'augmentation de la température moyenne de l'atmosphère et des océans, à l'échelle mondiale et sur plusieurs années. On emploie couramment ce terme pour désigner un phénomène récent, observé depuis environ 25 ans.

Selon les scientifiques, les dernières décennies que nous venons de vivre constituent dans l'hémisphère nord la période la plus chaude des deux derniers millénaires.

Des observations montrant notamment que la banquise et les glaciers sont en train de se réduire et que le niveau de la mer monte régulièrement témoignent de ce phénomène de réchauffement.

Les climatologues, regroupés au sein du GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Évolution du Climat), évaluent son ampleur, entre 1990 et 2100, dans une fourchette variant de 1,4 à 5,8° C.

Dans les décennies à venir on risque donc d'assister à des inondations de régions entières et des désertifications d'autres régions, les deux causes provoquant des migrations massives.
Il y aura des mises en danger d'écosystèmes (mangrove, coraux…), une extension des zones infestées par les maladies tropicales (paludisme, malaria), une baisse des rendements agricoles, une augmentation de la fréquence et de la force des catastrophes naturelles (cyclones, typhons, tsunamis…)…

Depuis plusieurs années, les écologistes imputent à l'activité humaine la responsabilité de ce bouleversement climatique. Ils sont rejoints aujourd'hui par la plupart des scientifiques.

Sont en cause les rejets dans l'atmosphère de gaz à effet de serre (GES) : principalement du gaz carbonique et du méthane, mais aussi du monoxyde de carbone, des oxydes et protoxyde d'azote et des gaz fluorés (CFC et autres).

Le gaz carbonique représente 60% des GES. Sa concentration dans l'air a augmenté de 31% depuis 1750. Son taux actuel d'augmentation est sans précédent depuis au moins 2000 ans. Environ 3⁄4 des émissions humaines de CO2 au cours des 20 dernières années est due à la combustion d'énergies fossiles. Le reste est essentiellement dû au changement dans l'utilisation des terres, notamment à la déforestation.

À Kyoto en 1997, puis à Bonn en 2001, les pays industrialisés (à l'exception remarquée des Etats-Unis et de l'Australie) se sont engagés à réduire d'ici 2012 l'émission des six principaux GES à un niveau en deçà de celui de 1990.

La prise de conscience du devoir des humains d'adopter une zen attitude par rapport à la planète a fortement progressé ces dernières années, mais on peut se demander si les actions entreprises sont à la hauteur du défi.

La revue de presse

L'annonce d'étendre l'obligation de 3 à 11 vaccins en janvier 2018 est...

Trop de sel, pas assez de fibres, toujours plus de produits transformés et de complé...

Ils durent plusieurs heures souvent par grandes chaleurs... Voici cinq conseils pour optimiser les...

Sous forme de fleurs d'eau, d'écume ou de pellicule huileuse, les algues toxiques sont vert...

44 % des enseignes ne respectent pas l'interdiction de la vente en libre-service des pesticides,...

Les espèces de vertébrés reculent massivement, à la fois en nombre d'...