"Si on n’achète que des produits bruts frais, on fait tomber sa consommation d’huile de palme de 90 %"

Elle est en partie responsable de la déforestation et de la disparition d'espèces animales et végétales. Elle est produite par une main d'œuvre souvent très jeune, peu payée et peu protégée, selon Emmanuelle Grundmann, auteure de Devenir consom'acteur (éditions Actes Sud/Kaizen). 80 % de la production d'huile de palme part dans l'industrie agro-alimentaire (chips, céréales, barres chocolatées, pizzas, lait infantile, glaces…), 19 % dans les cosmétiques et détergents, 1 % dans les agro-carburants. Le boycott ne serait pas la bonne solution : il vaudrait mieux construire une filière durable avec de bonnes pratiques sur le plan social et environnemental, en cultivant les palmiers par exemple sur des terres déjà allouées à l'agriculture. À l'heure actuelle, aucun label n'est fiable. "Si on n’achète plus que des produits bruts frais, on fait tomber sa consommation personnelle d’huile de palme de près de 80 à 90 %."

Source : Kaizen, par Elise Pontoizeau
 

La revue de presse

Il y a plusieurs choses à faire pour éviter les inconvénients de la "cin...

Newfeel Walking 500 de Decathlon (15 €) sont les lunettes de soleil "haute protection...

Le déménagement est l'occasion de trier, jeter, donner, vendre et il existe aujourd'...

Pas d'anomalies dans la composition du nouveau Levothyrox, assure l'ANSM (Agence du mé...

Depuis le 2 juillet, les boutiques doivent éteindre panneaux publicitaires et é...

Les 33 recommandations du rapport de la commission d'enquête sur la sûreté et la...