Suppression des sacs plastiques : écolo et bonne pour le business

Nous sommes de plus en plus nombreux à avoir pris conscience des catastrophes que les sacs plastiques à usage unique provoquent sur l'environnement et sur notre santé. Leur interdiction est donc une bénédiction sur le plan écologique mais aussi une opportunité pour les fabricants français…

Viesaineetzen.com - Suppression des sacs plastiques

Ils sont à l’origine d’un énorme gaspillage : on compte encore chaque année 17 milliards* de sacs plastiques à usage unique consommés en France. Aussitôt rentrés chez soi, on les jette, ils se retrouvent dans la nature et mettent plusieurs centaines d’années à se dégrader. Les animaux marins et les oiseaux en font leur repas : 260 espèces seraient ainsi touchées dont 94 % des oiseaux en mer du Nord et 86 % des tortues marines qui les confondent avec les méduses*. Guidés par les courants marins, ils viennent également s'agréger à un véritable "continent de plastique".
"Dans 20 ans, si aucune action n’est entreprise, ce continent de déchets sera aussi grand que l’Europe", alerte la ministre de l'Environnement.

Publicité

En savoir plus

Emballage plastique : en forte croissance

Avec une croissance de 3 % en 2015 et un fort dynamisme sur les exportations***, le secteur de l'emballage plastique est très attentif à son image environnementale et participe à différentes opérations en direction de la préservation des océans, notamment "Vacances Propres", "Je navigue, je trie" ou encore l'Opération Clean Sweep destinée à éviter les pertes de granulés de plastique dans l'environnement.

Un danger aussi pour l'homme
Le plastique représente 75 % des déchets qu'on trouve en mer*. Sous l’effet des vagues, du vent, du soleil, le plastique se fragmente en particules fines. Les poissons les prennent pour du plancton et les mangent. Et voilà donc notre sac en plastique qui revient dans notre assiette par l'intermédiaire de la chaîne alimentaire… Au passage, il faut savoir qu'il a capté un certain nombre de polluants (PCB, pesticides…). Bon appétit !

Une interdiction tardive mais bienvenue
Depuis des années les écologistes réclament l'interdiction des sacs plastiques. La mesure a été enfin votée en 2016 dans le cadre de la loi de Transition énergétique. Depuis le 1er juillet 2016, tous les sacs distribués en caisse doivent être réutilisables. Au 1er janvier 2017, tous les sacs en dehors des caisses (pesée des fruits et légumes, fromage à la coupe, viande, poisson) devront être soit en papier, soit en plastique biosourcé compostable en compostage domestique.

Nous étions déjà nombreux à utiliser des cabas ou des caddies pour faire nos courses, à avoir un sac en tissu prêt à servir dans nos sacs à dos… Nous sommes aujourd'hui 76 % à utiliser un sac réutilisable pour faire nos courses*. Voilà encore un domaine où les consomm'acteurs ont devancé le législateur.

Les professionnels français se réjouissent
Mais l'interdiction ne réjouit pas seulement ces derniers. Les professionnels du secteur de l'emballage ont saisi l'opportunité. Serge Vassal, PDG du Groupe Barbier, l'un des acteurs majeurs de l'industrie française de l'emballage plastique, rappelle qu'en France les sacs plastiques étaient importés à 98 %. Il s'agissait, selon lui, non seulement d'une agression environnementale mais aussi pour la profession d'une agression au niveau de l'image. "L'intelligence était de proposer autre chose, d'innover. Nos entreprises ont montré par l'éco-conception et l'économie circulaire qu'on peut avoir accès à plus de recyclés. On peut donc mettre du recyclé dans des sacs qui seront conçu plus épais."

L'autre piste, notamment pour les fruits et légumes, consiste à concevoir des sacs avec de nouveaux matériaux biodégradables.
"Ces biodégradables sont fabriqués par des industriels qui sont en France ou en Europe." Et pour la confection des sacs, il est possible d'utiliser le savoir faire des industriels français qui avaient arrêté la fabrication devant une concurrence principalement venue de Chine.

Réindustrialier
"Quand on fait le bilan, on constate qu'on a remplacé un plastique qui aurait pu être collecté, bien-sûr, mais qui ne l'était pas, par un produit de substitution qui peut réindustrialiser notre territoire."
Sac épais avec incorporation de recyclés ou sacs fruits et légumes biodégradables… Beaucoup de professionnels aujourd'hui sont en train d'investir dans ce qui est devenu une nouvelle opportunité pour un secteur de l'emballage plastique qui par ailleurs se porte bien (voir encadré).

À l'arrivée, selon le Ministère de l'environnement, entre la fabrication de sacs de remplacement et la recherche et développement pour les nouveaux matériaux à créer, il s'agit d'environ 9 000 emplois qui pourraient être créés.

 

Sources complémentaires :
Service Public-Pro.fr
*Chiffres du Ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer
**Sondage CSA/Direct Matin Mars 2015
***Chiffres Asterès/Elipso

5 milliards

de sacs en plastique
à usage unique
distribués en caisse
en France*


12 milliards

de sacs en plastique
à usage unique
en dehors des caisses
en France*


80 %

des sacs en plastique
à usage unique
sont importés
majoritairement d'Asie*




                

La revue de presse

Diviser par deux les émissions mondiales de CO2, c'est "techniquement et é...

Trois départements ont déjà mis en place des mesures de restrictions d'eau :...

Entre 20 et 54 substances toxiques dans les cheveux de tous les enfants testés… Le...

Entre 2 150 et 4 100 enfants auraient subi des malformations majeures en conséquence du...

Les régimes à teneur élevée en graisses saturées et/ou en...

C'est une première : il est maintenant prouvé chez l'homme que la composition du...