Tailler ses arbres en douceur

Tailler sans traumatiser c'est possible. Il suffit d'observer le développement naturel de l'arbre ou de l'arbuste et connaître quelques règles simples…

Viesaineetzen.com - Tailler ses arbres en douceur

La taille peut être une calamité. Elle peut perturber l'équilibre naturel de la plante et fragiliser sa structure. Mais si elle résulte d'une bonne compréhension des besoins de l'arbre ou de l'arbuste, elle peut au contraire favoriser son développement harmonieux.

Publicité

En savoir plus

L'équipement nécessaire

- Une paire de gants.

- Une échelle double montée en A.

- Des outils de coupe : sécateur à une main ou deux mains, coupe-branche, cisaille (pour les haies), scie d'élagage.

Observer la nature
Alain Pontoppidan*, spécialiste des arbres et formateur, préconise de prendre le temps et d'observer les mécanismes naturels : comment l'arbre se développe, comment il produit des feuilles, des fleurs, des fruits, comment il réagit aux blessures... On regarde quelles sont les ramifications qui dépérissent : où se situe le bois mort, comment l'arbre cherche la lumière, comment il s'auto-renouvelle.

Il est ensuite possible de le tailler de manière respectueuse tout en étant efficace, selon les cas, pour la production de fruits ou pour la floraison.

Ne pas modifier la silhouette
Le principe de la taille douce consiste à conserver à l'arbre sa structure fondamentale : on ne modifie pas sa silhouette, on ne touche pas aux grosses branches charpentières, on n'étête pas, on ne coupe pas au milieu des branches, on cherche simplement à donner à l'arbre de l'air et de la lumière.

Pour cela, il faut donc l'éclaircir : supprimer les brindilles et le bois mort, ainsi que les branches mal placées. On doit veiller à garder une densité équivalente sur l'ensemble de l'arbre.
On fait en même temps un rajeunissement : "supprimer le bois mort avant qu'il soit mort". On élimine par exemple les rameaux qui ont porté beaucoup de fruits.
Dans certains cas, par exemple pour les arbres fruitiers à structure rigide comme certains pommiers ou pruniers, on procède à une "simplification" en supprimant une partie des petits rameaux tortueux.

Couper correctement
Une fois qu'on a identifié les branches à éliminer, on les coupe en entier, dans un angle qui favorise la cicatrisation : ni au ras du tronc, ni trop loin de ce dernier, ce qui formerait un chicot. La coupe idéale est située au ras des renflements qu'on trouve au-dessus et au-dessous du point d'insertion (le "col de la branche" et la "ride de l'écorce").

Tailler quand ?
On ne taille pas uniquement en hiver mais on évite l'automne au moment de la chute des feuilles, le printemps au moment de la montée de sève, les périodes de gel et de sècheresse.
Pour les espèces fruitières qui produisent en alternance une année sur deux, comme beaucoup de pommiers, pruniers, poiriers et abricotiers, il faut tailler l'hiver qui suit une année maigre et de ne pas tailler l'hiver suivant.

Exemples :
- abricotier : fin février ;
- cerisier : ils n'ont pas besoin d'être taillés sauf les cerisiers anciens qui méritent un rajeunissement, notamment les vieux bigarreaux, et qui doivent donc être taillés juste après la récolte ou en hiver, hors période de gel ;
- framboisier : en hiver ;
- noisetier : en hiver ;
- pêcher : en hiver ou début de printemps pour éviter le gel ;
- pommier et le poirier : en début d'hiver ;
- prunier : en hiver ou juste après la récolte.

Arbres et arbustes d'ornement
La taille favorise l'abondance de la floraison pour les arbustes à fleurs. Elle se fait en hiver, en éclaircie, pour les arbustes à floraison estivale (comme par exemple : choisya, altéa, weigelia…) ou printanière (comme par exemple : lilas, forsythias, seringua, viorne boule de neige, deutzia, cytise…).

La haie sert souvent à isoler visuellement. Sa taille répond donc généralement à cette nécessité fonctionnelle : on coupe tout ce qui dépasse la forme souhaitée.
Exemples : le buis, le troène, en mars et en août.
Mais on peut aussi opter pour des haies libres ou champêtres pour lesquelles la taille est inutile.

Généralement on n'a pas besoin de tailler les arbres d'ornement, pins, sapins, ifs, bouleaux, saules, marronniers, platanes… Sauf s'ils sont encombrants et gênent le passage.

 

Sources :
*J'apprends à tailler mes arbres, Alain Pontoppidan, éditions Terre Vivante
Les Arbres
plantes-et-jardins.com : Taille des arbres fruitiers
Rustica : Quand tailler les arbustes d'ornement ?


                

La revue de presse

Rhume, toux, mal de gorge, grippe et troubles intestinaux : un médicament sur deux dé...

Les méthodes les plus efficaces pour mettre toutes les chances de son côté...

Mimer la nature et respecter le bien-être animal… C'est le défi que relè...

Avec +3,5 % en 2017, la croissance des émissions de gaz à effet de serre chinoises...

Depuis 1989, déclin de 76 % (82 % en été) de la masse d'insectes volants en...

Il aurait eu lieu fin septembre, selon l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûret...