Un G7 de l’environnement sous la pression de l’urgence écologique

La charte "de Metz" sur la biodiversité a été adoptée par les ministres de l'environnement du G7 des pays les plus industrialisés (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Royaume-Uni, Italie et Japon), le 6 mai dernier. La plupart des autres états invités par la France (Chili, Égypte, îles Fidji, Gabon, Inde, Indonésie, Mexique, Niger, Norvège) ont également adopté ce texte non contraignant et dépourvu d’objectif chiffré. Il y est mentionné la nécessité "d’accélérer et intensifier nos efforts pour mettre fin à la perte de biodiversité", "encourager l’engagement d’autres acteurs", notamment le secteur privé, et "soutenir l’élaboration et la mise en œuvre d’un cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020".
Les ONG sont déçues que les ambitions ne soient pas plus marquées et les objectifs pas plus concrets. Mais compte tenu de la position actuelle des États-Unis, ces déclarations d'intention constituent déjà un résultat positif.

Source : Le Monde, par Rémi Barroux
 

La revue de presse

Plusieurs centaines de malades, des médecins, plus de 35 sénateurs et déput...

Un accroissement de 1,1 % chez les femmes, 0,1 % chez les hommes… Ce sont les chiffres...

Moins de trois évacuations par semaine, c'est la définition de la constipation pour...

Il va falloir s’adapter intelligemment aux nouveaux épisodes caniculaires, "sans...

C'est un grand classique, la pollution serait toujours due… aux autres ! Quelques chiffres...

La responsabilité de l'État peut être engagée en raison de l'...