Un lien entre les aliments ultra-transformés et le syndrome du côlon irritable

25 % de risques en plus de syndrome du côlon irritable pour les personnes qui consomment le plus d'aliments ultra-transformés… C'est le verdict d'une étude française de l'Inserm, réalisée en analysant les données de plus de 30 000 personnes (au trois quarts des femmes, âge moyen autour de 50 ans) dont environ 10 % ont déclaré souffrir d'un syndrome du côlon irritable. En moyenne, les aliments ultra-transformés représentent 16 % de l'alimentation en poids et 33 % en calories. Les personnes qui en consomment le plus sont plutôt jeunes, vivent seules, avec des revenus plus modestes que la moyenne, un IMC (Indice de Masse Corporelle) plus élevé et un niveau d'activité physique plus faible.

Source : Psychomédia
 

La revue de presse

Il y a plusieurs choses à faire pour éviter les inconvénients de la "cin...

Newfeel Walking 500 de Decathlon (15 €) sont les lunettes de soleil "haute protection...

Le déménagement est l'occasion de trier, jeter, donner, vendre et il existe aujourd'...

Pas d'anomalies dans la composition du nouveau Levothyrox, assure l'ANSM (Agence du mé...

Depuis le 2 juillet, les boutiques doivent éteindre panneaux publicitaires et é...

Les 33 recommandations du rapport de la commission d'enquête sur la sûreté et la...