Une alternative aux expérimentations animales

Il s'agit d'un modèle à base de peau humaine qu'une start-up de biotechnologie toulousaine a développé et va produire dans un nouveau centre à Boston (États-Unis). Le principe est de récupérer de la peau dans les déchets post-opératoires des hôpitaux et de la placer dans une matrice biologique permettant de la maintenir vivante pendant plusieurs jours. Cette peau humaine permet de mesurer les effets de certains médicaments ou produits cosmétiques avec une meilleure efficacité et pour un coût moindre que la peau animale. Intéressant compte tenu de la sensibilité de plus en plus grande des opinions publiques quant à la souffrance des bêtes…

Source : Le Point, par Anne Jeanblanc
 

La revue de presse

Les fabricants tricherait sur les taux annoncés de goudrons, monoxyde de carbone et nicotine...

Une équipe française a mis au point un test permettant de mieux identifier les cas...

En France, seulement 20 % des enfants autistes suivraient une scolarité normale contre 70 %...

En période de froid humide, par des températures au-dessous de 0°C, les engelures...

Courir en ramassant des déchets : c'est le plogging, le nouveau sport à la mode en Su...

Le "MOOC BIO" démarre pour 8 semaines à partir du 16 avril prochain sur la...