Vous reprendrez bien du poisson ?

D'un côté les écologistes nous alertent face à la pénurie de certaines espèces de poissons.
De l'autre, les nutritionnistes nous conseillent de manger du poisson deux à trois fois par semaine…
Mais les toxicologues nous disent : "attention le poisson est très pollué !"
De quoi être largement désorienté ! Alors faut-il manger du poisson ? Et quels poissons ?...

Vie saine et zen, Vous reprendrez bien du poisson ?

Fin janvier, le WWF (Fonds mondial pour la nature) demande à la grande distribution de cesser la vente de thon rouge de méditerranée. Et ce n'est pas seulement le thon qui est menacé dans les mers et les océans…
Pourtant, on nous conseille de manger du poisson deux à trois fois par semaine pour avoir notre dose d'oméga-3 si bénéfiques pour la santé…

Publicité

Bon pour la santé
On disait que le poisson était bon pour la mémoire. Les catholiques en avait fait leur plat du vendredi pour "faire maigre" (on dirait aujourd'hui : "détoxiquer l'organisme").
Il est vrai que le poisson est une très bonne source de protéines alternative à la viande (18 à 20 g pour 100 g) et souvent moins calorique que cette dernière.
Il est riche en minéraux (fer, phosphore, zinc, cuivre, calcium) et en oligo-éléments (fluor, sélénium, cobalt, manganèse...).

Avec les dernières découvertes des nutritionnistes, on sait maintenant que le poisson renferme les précieux acides gras oméga-3 qui jouent un rôle bénéfique dans le développement psychomoteur, la prévention des maladies cardiovasculaires, celle de la maladie d'Alzheimer et de certains cancers.

Mais attention ! Pour profiter au mieux des bénéfices diététiques du poisson, il vaut mieux le cuisiner à la vapeur ou au court-bouillon, éventuellement au four en papillote ou à la poêle sans matière grasse.

Alors quel poisson choisir ?
C'est là que le casse-tête commence, car il y a de plus en plus de paramètres à prendre en compte.

Un poisson gras ou maigre ?
Les poissons les plus intéressants d'un point de vue nutritionnel sont ceux qui sont les plus riches en oméga 3. Ce sont principalement les poissons gras des mers froides et quelques autres : saumon sauvage, thon, maquereau, hareng, sardine, anchois, truite…
Pour mémoire, sont considérés comme maigres les espèces comme le turbot, le merlan, la dorade, le colin, le cabillaud, le carrelet, la sole, la perche, le brochet…

Pour équilibrer son alimentation en oméga 3, il faudrait donc consommer un maximum de poissons gras.
Mais pas de panique ! Il y a d'autres sources intéressantes d'oméga 3 dans certains végétaux (graines de lin, huile de colza, huile de chanvre, noix, pourpier, épinards, algues marines, spiruline…). Et il existe également de nombreux compléments alimentaires qui sont susceptibles d'apporter la quantité suffisante de bonnes graisses pour l'organisme.

Les moins pollués
Les poissons peuvent contenir certains "polluants organiques persistants" dont le méthylmercure, un dérivé du mercure présent dans l'environnement de façon naturelle ou accidentelle. Ils peuvent aussi contenir des dioxines en encore du polychloro biphenyls (PCB).
Variable selon les espèces, le niveau de contamination serait plus élevé chez les poissons prédateurs.

L'AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) recommande donc de ne pas dépasser plus d’une portion par semaine (150 g pour les femmes enceintes et allaitantes et 60 g pour les enfants jusqu’à 30 mois) de poissons prédateurs sauvages, en plus des autres poissons consommés.
Quels sont ces poissons ? La liste est assez longue : bar, lotte, loup de l'Atlantique, anguille et civelle, empereur, grenadier, flétan, cardine, mulet, brochet, raies, sabre argent, sabre noir, dorade, pageot, requin, esturgeon, espadon, thon…

Les poissons qui se situent en bas de la chaîne alimentaire sont les moins contaminés : maquereaux, anchois, sardines, hareng, truite…

16,3 kg

de poisson sont consommés par personne et par an


1 sur 3

espèce de poisson est menacée d’extinction


600

espèces de poissons sont pêchées dans le monde





Commentaires

Consommation journalière

Bonjour

163 kg/an/personne, soit environ 450 grammes de poisson par jour, beaucoup non ?

Salutations.

Coquille corrigée

Coquille corrigée.

Coquille

Il s'agit d'une coquille. Désolé. La virgule a dû sauter, le chiffre devait être 16,3 kg pour 2007. En 2010 nous sommes à 17 kg (source : http://www.planetoscope.com/peche/179-consommation-de-poissons-dans-le-m...).

La revue de presse

Rhume, toux, mal de gorge, grippe et troubles intestinaux : un médicament sur deux dé...

Les méthodes les plus efficaces pour mettre toutes les chances de son côté...

Mimer la nature et respecter le bien-être animal… C'est le défi que relè...

Avec +3,5 % en 2017, la croissance des émissions de gaz à effet de serre chinoises...

Depuis 1989, déclin de 76 % (82 % en été) de la masse d'insectes volants en...

Il aurait eu lieu fin septembre, selon l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûret...