Bien choisir sa lessive

Chaque jour, vingt millions de lave-linge entrent en action en France. Imaginez donc la quantité de détergents déversée dans les cours d’eau ! Une bonne partie des produits est certes dégradée dans les stations d’épurations, mais pas la totalité.
Alors comment choisir sa lessive pour minimiser son impact environnemental ?

Vie saine et zen - Bien choisir sa lessive

Ce qui pose problème, c’est le deuxième effet des tensioactifs présents dans la lessive. Certes, ils servent à détacher le linge, mais certains d’entre eux perturbent la reproduction des organismes aquatiques, des coquillages aux oursins, grenouilles et poissons, et les observations faites laissent penser que ces produits participent à la perte de biodiversité de nos rivières, plans d’eau et du littoral.

Publicité

En savoir plus

Depuis juillet 07 les lessives sont sans phosphates

Les lessiviers avaient même devancé la réglementation. Aujourd’hui, les lessives qui se vantent de ne pas contenir de phosphates ne méritent pas d’être mises sur un piédestal car elles le sont toutes.

Par contre, et les marques communiquent beaucoup moins sur ce sujet, elles possèdent encore des phosphonates qui sont eux aussi des composants du phosphore.

Le fait d’avoir supprimé le phosphate des lessives n’a eu aucune incidence sur la qualité de lavage.

La loi oblige les fabricants de lessive à une biodégradabilité de 60 à 70 % sous 28 jours, ce qui garantit dans les eaux naturelles une disparition quasi totale. Mais ce laps de temps peut leur suffire pour réaliser des dégâts dans l’environnement.

Etude de l’Institut National de la Consommation
Certaines lessives en vente dans le commerce sont-elles moins néfastes que d’autres pour la qualité des eaux ou même notre santé ?
C’est ce que les Agences de l’eau ont cherché à savoir en s’associant à l’Institut national de la consommation (INC) et la direction de l’Eau du ministère de l’Écologie et du Développement durable, à travers une étude qui a donné lieu à un dossier paru le 26 octobre 2006 dans la revue 60 Millions de Consommateurs. Et plus récemment, le mois dernier, c’est Que Choisir qui s’est penché sur la question.
Résultat : la quasi totalité des lessives a une action offensive pour les organismes aquatiques. Cela dit, certaines sont moins nocives que d’autres.

Ce qu’il faut éviter
À éviter :

- Les produits issus de la pétrochimie, car non renouvelables. Vive les produits d’origine végétale !

- Les COV, composés organiques volatils. Certains peuvent causer des allergies cutanées, des problèmes respiratoires, le cancer, des altérations génétiques héréditaires, ou encore altérer la fécondité. Il est assez difficile de les reconnaître car ils ne sont pas inscrits sur l’étiquette du produit. Pour les éviter le plus simple est de fuir tous les colorants artificiels et parfums synthétiques, ainsi que les produits antistatiques et lustrant. En gros, toutes les lessives ayant une couleur un peu trop fluo et un peu trop odorante.

- Le triclosan se retrouve dans certains produits ménagers comme le liquide vaisselle ou savon liquide. Il détruit toutes les bactéries sans jamais disparaître, il s’accumule dans l’environnement et se transmet par le lait maternel. Il est toujours inscrit sur l’étiquette du produit.

- L’eau de javel, elle aussi, détruit toutes les bactéries y compris les bonnes. L’eau de javel désinfecte mais ne nettoie pas très bien, elle a même tendance à jaunir le linge contrairement aux idées reçues. Si vous en utilisez, pensez à aérer de façon à éviter d’en respirer les vapeurs.

Les marques "écolos"
De nombreuses marques proposent des solutions écologiques efficaces à des prix de plus en plus abordables : Etamine du Lys, Arbre Vert, Ecover, etc...
Ces marques sont présentes dans les magasins bio et sur internet, et même dans les grandes surfaces pour certaines d’entre elles.

Pour rendre les prix encore compétitifs, les grands distributeurs proposent désormais leur propre gamme de produits "verts" :
"Mieux vivre environnement" pour Auchan, "Uni Vert" pour Leclerc, "Monoprix vert" pour Monoprix.

Pour ne pas se tromper
Gaëlle Bouttier-Guérive, chargée d’étude Modes de Vie Durable au WWF, conseille de se fier aux "écolabels" : NF environnement (le label écologique français), l’Ecolabel européen (la petite fleur) et l’Ecocert (les petits papillons). Ces labels certifient que les substances les plus nocives n’ont pas été utilisées.

Le vrai problème des labels vient du fait que les critères de sélection qui ont été décidés devaient permettre à environ 20 % des produits mis en vente sur le marché de l’obtenir. Des critères trop drastiques auraient rendu le label inaccessible.
C’est pour cette raison que les magasins bio ferment leurs portes aux écolabels, pas assez restrictifs à leur goût. Pourtant de nombreuses marques ayant obtenu l’écolabel vont bien au-delà de cette démarche.

Méfiez-vous des faux bons produits
Certaines marques se proclament "respectueuse de l’environnement" et affichent des logos qui laissent penser qu’elles sont écologiques, mais qui ne veulent rien dire. Les mentions telles que "naturel", "vert", "biodégradable" n’engagent que le fabricant.

Alors ayez le réflexe de lire les étiquettes. N’achetez plus sans savoir. Et même si la lessive "écolo" que vous trouvez en grande surface n’est pas parfaite, elle a le mérite d’exister, et c’est un premier pas vers encore mieux.

 

Sources :
ADEME
Confluence, magazine de l’agence de l’eau Seine Normandie
Le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable
L’Institut National de la Consommation
Planète Attitude Santé, éditions du Seuil
Que Choisir
WWF

20 millions

de lessives sont faites
par jour en France


40 kg

de lessive par français
sont utilisées chaque année


220

lessives sont réalisées en moyenne
par une famille française chaque année




                

La revue de presse

12 à 20 milliards €, soit 100 à 160 € par personne, le coût du...

La moitié des rivières françaises et un tiers des nappes phréatiques...

Trois pesticides interdits en bio, retrouvés sur des carottes de la marque BioC'Bon par des...

Dans la foulée des "people", Novak Djokovic, Lady Gaga ou Oprah Winfrey, les t...

Depuis le 17 octobre dernier, les risques de certains médicaments en période de...

Chez un malade sur deux, la privation de sommeil serait efficace pour réduire les sympt...