Difficile de se comprendre !

"On ne se comprend plus, mais pourtant on parle beaucoup !" Que ce soit au travail ou à la maison, nous sommes nombreux à nous plaindre des difficultés de communication que nous rencontrons dans notre quotidien. Échanger des messages c'est avant tout partager du sens.

Vie saine et zen - Difficile de se comprendre !

Parler, ce n'est pas juste échanger des phrases, le langage verbal s'accompagne toujours de celui du corps et de l'esprit, et c'est là que les choses se compliquent. Lorsque nous donnons une information verbale à quelqu'un, il en tire une conclusion en fonction de sa propre expérience et c'est souvent à sa réaction que nous comprenons le sens qu'il a accordé à notre message. Mais il est souvent trop tard !

En savoir plus

Le défaut d'empathie

- On se plaint d'une situation désagréable qu'on subit. On se place donc en victime.
- Le partenaire entend le problème mais n'entre pas dans la plainte, il responsabilise celui qui se dit victime ou minimise le problème.
- Le plaignant refuse la proposition de son partenaire en se dégageant de toute responsabilité ou en minimisant l'aide de l'autre.
- L'échange se termine par une remarque négative concernant la personnalité de l'autre.

Les sources de confusion
Nous ne sommes pas toujours clair et direct dans notre façon de nous exprimer. Très souvent au lieu de demander de quoi nous désaltérer, nous disons :"j'ai soif". En fait nous décrivons un état, au lieu de demander ce dont nous ressentons le besoin.

Autre raison de confusion, la difficulté de séparer le contenu et la relation.
Sylvie s'énerve à la vue du volet cassé du salon : "j'en ai marre de ce volet cassé, depuis le temps que je te le dis, tu vas t'en occuper oui ou non ?"
Antoine se vexe. Pourtant le contenu du message ne l'implique pas du tout : "je n'en peux plus de voir ce volet cassé et donc je suis énervée". Mais Antoine ajoute un sens supplémentaire à cette phrase : comme Sylvie est une jeune femme entreprenante qui dirige une équipe de 16 personnes et qui organise la vie familiale, il considère qu'elle se place au dessus de lui. Il entend un reproche, une chose supplémentaire qu'il n'aurait pas faite. Dans cet enchaînement, Antoine s'est lui-même infantilisé, dévalorisé. Si l'on creusait un peu dans son enfance, on découvrirait certainement qu'il n'a pas eu la chance d'être entouré d'adultes qui l'ont aidé à se valoriser, il a dû grandir avec une nécessité de performance et un grand besoin d'être reconnu par ses performances dans le regard de ses parents.

À chacun sa réalité
"Nos origines, notre histoire, notre éducation, notre expérience… Tout nous pousse à élaborer des visions de la réalité qui nous empêchent de comprendre celles de nos partenaires", expliquent les psychologues Dominique Picard et Edmond Marc.

À chaque fois que Virginie s'approche de Baptiste, il cherche à avoir un rapport sexuel avec elle.
"Moi je veux de la tendresse, pas du sexe !". Dans cette situation, il y a d'un côté Virginie qui refuse de grandir et qui cherche à prolonger l'enfance en restant en deçà de la sexualité, et de l'autre il y a Baptiste qui veut prouver que sa virilité perdure en niant l'érosion de la séduction.

Pour Fabrice, c'est au travail que les choses sont compliquées. Il a toujours voulu jouer la transparence, tenir compte des avis de chacun, respecter leurs expériences, jouer la démocratie et son équipe ne l'a jamais compris.
"Il est gentil mais il ne sait pas diriger, il faut toujours qu'on décide pour lui, on n'est pas payé pour ça !"
Idéaliste ou exploiteur Fabrice ? En fait il est juste fier de partager le pouvoir car il pense que tout le monde aime en avoir et l'exercer.
Son équipe, elle, pense que le pouvoir est une charge et ne valorise aucunement, elle espère donc en être dispensée. Pour elle, ce n'est pas un cadeau que leur fait Fabrice mais un fardeau dont il se déchargerait lui-même.

À travers ces deux exemples, nous comprenons bien que les représentations que nous avons du monde et des choses sont extrêmement personnelles.
Personne n'a ni raison ni tort, toute la difficulté des relations humaines réside dans cet exercice : comprendre la réalité de l'autre pour ne pas la vivre comme une attaque personnelle mais juste comme une petite divergence de représentation de la réalité, de "sa" réalité.

Savoir écouter pour s'entendre
L'écoute est liée à un travail d'interprétation, de déduction et de construction du sens. Il faut pour cela être capable de comprendre autrui en se mettant à sa place.
La façon dont on perçoit ce qu'expriment les autres est profondément lié à la façon dont on les perçoit, eux. On juge un discours intéressant car on estime son auteur intelligent, on croit ou non un discours politique parce qu'on considère l'orateur honnête ou menteur.
En fait, nous jugeons les autres en fonction de nous mêmes, de nos propres caractéristiques.

Heureusement, les psys nous proposent toutes sortes de pistes pour limiter nos projections dans les réactions de l'autre, améliorer notre écoute et notre capacité d'empathie.

 

Sources :
Le guide de psychologie de la vie quotidienne, sous la direction de Christophe André, Odile Jacob
Petit traité des conflits ordinaires, Dominique Picard et Edmond Marc, Seuil


                

La revue de presse

Les bars, cafés et restaurants des zones vertes sont enfin autorisés à rouvrir...

Plusieurs groupes se sont créés pour inventer le monde d'après la crise...

Le budget du plan vélo passera de 20 à 60 millions €, a annoncé la...

L'immunité induite lors d'un simple rhume pourrait avoir un effet protecteur contre le Covid...

Utilisée initialement dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, l'Anakinra a...

Un risque d'augmentation du nombre de suicides de 25 à 30 %, en moyenne, chez les jeunes d'...