La randonnée, ça ne s'improvise pas

Nous sommes près de huit millions à visiter, entre amis ou en famille, les paysages qui nous entourent sur des sentiers balisés. Mais même si l'on aborde la randonnée en mode loisir, il est recommandé de préparer son corps à la durée de l'effort, aux belles côtes et aux descentes escarpées…

Vie saine et zen - La randonnée, ça ne s'improvise pas

Amour de la nature, goût de la découverte, dès que les beaux jours arrivent nous sommes nombreux à avoir l'envie irrésistible de nous jeter sur les sentiers de randonnée. Mais il n'est pas inutile de prendre quelques précautions préalables.

Publicité

En savoir plus

Les enfants en randonnée

- De 0 à 3 ans
Notre petit bout doit être dans un porte-bébé bien confortable, et nous ne devons pas marcher au dessus de 1 800 mètres.
La randonnée ne doit pas dépasser 2h.

- De 4 à 7 ans
La marche est un prétexte pour découvrir les fleurs et les animaux, faire de l'escalade, ou construire une cabane. À cet âge, la randonnée doit toujours être ludique. C'est aussi le début de l'autonomie, l'enfant doit être responsable de son sac, son goûter, son chapeau, etc…
La randonnée ne doit pas dépasser 1h.

- De 8 à 12 ans
La randonnée devient l'occasion pour l'enfant de se dépasser, de prendre du plaisir en fournissant un effort comme les grands. Attention toutefois à ce que cette envie de dépassement de soi ne soit pas poussé uniquement par l'adulte, c'est très mauvais pour la confiance en soi et le déroulement futur de l'activité.

Jogging, vélo ou natation
Être capable de fournir un effort prolongé nécessite une préparation "foncière". En langage courant, il s'agit de faire un peu d'endurance.

Le jogging, le vélo ou la natation sont les meilleurs sports. L'idéal est de combiner les différentes pratiques sportives à raison de deux ou trois séances par semaine. Mais si l'on est allergique ou inapte à la course par exemple, pas de problème, la natation seule peut très bien faire l'affaire. Il ne faut pas perdre de vue que l'on doit prendre du plaisir et ne pas se faire de mal.

Tout au long de l'année, nos muscles ne travaillent pas beaucoup, alors il serait fou de se lancer dans une randonnée sans les réveiller un tout petit peu avant le départ. Les mollets et les cuisses sont les parties du corps qu'il va falloir muscler pour protéger nos genoux. Les mollets sont sollicités pendant les montées et les muscles des cuisses servent d'amortisseurs pendant les descentes.

Du carburant pour le corps
La veille d'une randonnée, la fameuse "pasta party" est de rigueur, mais le riz, le blé, la semoule, etc… sont autant de sucres lents qui peuvent aussi permettre à notre organisme de nous fournir toute l'énergie nécessaire.

Le matin même, le petit déjeuner doit apporter le quart de la ration quotidienne en calories. Alors on prend le temps de faire plaisir à nos papilles. Des céréales ou du pain pour les sucres lents, laitages et œufs pour les protéines et le calcium, des fruits frais ou leur jus pour les vitamines, un peu de beurre et une boisson chaude. Il ne faut surtout pas oublier les matières grasses car les lipides permettent à l'organisme de métaboliser les vitamines A, D, E et K.

Pendant la randonnée, les petites pauses sont les bienvenues pour le corps et l'esprit. Saucisson, jambon de pays, fromage d'alpage, fruit locaux permettent de se faire plaisir tout en rechargeant nos batteries.

Après la randonnée, on continue de boire de l'eau, même gazeuse (riche en sels minéraux), et on mange des fruits, des légumes, et des sucres lents pour bien récupérer.

Un litre d'eau à l'heure
Il serait suicidaire de partir en randonnée sans eau. Si une voiture a besoin d'essence pour rouler, nous, nous avons besoin d'eau. Plus il fait chaud, et plus il est important de s'hydrater. Les habitués des grandes balades estiment qu'un litre d'eau est nécessaire par personne et par heure de randonnée.
Une bonne hydratation permet au corps de conserver sa température, et préviens des petits tracas musculaires et tendineux.
Rappelons que les boissons alcoolisées n'hydratent pas, elles ont même l'effet inverse.

L'affaire est dans le sac
Tout ce qui peut améliorer la santé ou le bien-être du randonneur se trouve à l'intérieur. Mais attention à ne pas trop le remplir, nous ne manquerions de rien mais il faudrait porter un poids important tout au long de la balade. Le mieux est bien souvent l'ennemi du bien.

- Côté vêtement, il faut avoir de quoi se protéger du froid, de la pluie, et du soleil.
- La petite trousse à pharmacie est essentielle. Les huiles essentielles ont toute leur place dedans. Un antiseptique, des compresses, des pansements, un antidouleur, un anti-inflammatoire, une protection solaire, une pince à épiler, un anti moustiques, des lingettes hygiéniques, et un aspivenin sont la base.
- Pensons aussi à emporter un sac pour les déchets car on ne jette rien dans la nature !
- En cas de petite faim ou de coup de pompes, il faut avoir à boire et à manger : des barres de céréales, des fruits secs, tout ce qui peut nous faire plaisir, et de l'eau bien sûr.

Il ne nous manque plus que le superflu, très utile pour revenir avec de merveilleux souvenirs. L'appareil photo, le caméscope, les jumelles, et surtout un téléphone portable pour pouvoir prévenir les secours en cas de problème, ce qui ne devrait pas arriver maintenant que nous connaissons tous les conseils essentiels pour bien appréhender cette activité sereinement et en toute sécurité.

 

Pour en savoir plus
La randonnée, s'initier et progresser aux éditions Amphora

 

10 450 km

distance de l'E4,
la randonnée
entre l'Espagne et Chypre


210 000

adhérents à la FFRP
Fédération Française
de Randonnée Pédestre


65 000 km

de sentiers sont balisés
et soigneusement entretenus
pour les grandes randonnées




                

La revue de presse

Prime à la casse étendue, chèque énergie, crédit d’imp...

Les excès d'émissions d'oxyde d'azote (NOx) seraient responsables en Europe (Norv...

Céréales du petit déjeuner, lentilles, pois chiches… Parmi 30 produits...

Le cocktail de perturbateurs endocriniens serait explosif chez l'homme. C'est le verdict d'une...

Risque accru de sclérose en plaques associé aux faibles niveaux de vitamine D...

Une cure de 4 semaines suffirait pour améliorer de manière significative les troubles...