Vivre d'eau fraîche

Elle est nécessaire à la vie et compose la majorité de notre corps. Alors quelle eau boire ? Du robinet, de source ou minérale ? Quelle est la plus fiable, la plus bénéfique pour la santé et pour la planète ?

Viesaineetzen.com - Vivre d'eau fraîche

Boire de l'eau, c'est le meilleur moyen de se désaltérer et cela permet d'éviter les doses cachées de sucre ou d'édulcorants qu'on trouve dans les boissons du commerce, notamment les sodas.

Publicité

En savoir plus

Quelle quantité boire ?

Les aliments, le lait, les fruits et les légumes, les viandes et les poissons apportent environ 1 litre d'eau par jour. Notre corps en élimine en moyenne 2,5 litres (urine, sueur, respiration...). Il faudrait donc absorber 1,5 litres complémentaires.
Chez l'enfant, les besoins en eau sont proportionnellement trois à cinq fois plus importants que chez l'adulte.

Quand boire ?
L'avis des experts diverge : certains préconisent d'écouter sa soif, d'autres de boire régulièrement qu'on ait soif ou pas soif.
Il est généralement conseillé de boire de préférence en dehors des repas, de manière étalée dans la journée en petites quantités plutôt que d'un seul coup…

Eaux de source : limitée en sels minéraux
Les eaux de source viennent de nappes souterraines protégées contre les risques de pollution et doivent suivre la réglementation européenne au niveau microbiologique. Elles sont tenues de respecter les exigences de qualités des eaux potables, notamment pour les teneurs limites en sels minéraux.
Les seuls traitements qu’elles peuvent subir pour éliminer les gaz, le fer et le manganèse sont l’aération, la décantation et la filtration

Les eaux naturellement gazeuses, qui contiennent du gaz carbonique dissous, peuvent également être regazéifiées avant d’être embouteillées

Dans certains cas, les eaux de source peuvent provenir de sources différentes et de régions éloignées tout en étant embouteillées sous une même marque (Cristaline, Aquarel).

Eaux minérales : ne pas choisir n'importe laquelle
Ce sont des eaux de source ayant des qualités particulières reconnues par l'Académie de médecine et le Ministère de la santé, notamment une teneur en oligo-éléments susceptibles d'avoir des vertus thérapeutiques.

Pour un usage quotidien, l'Académie de médecine conseille les eaux faiblement minéralisées, dont le résidu sec, précisé sur la bouteille, est inférieur à 500 mg/l.

Selon leur composition certaines eaux peuvent être conseillées en cure pour leurs propriétés spécifiques ou déconseillées pour les personnes atteintes de certaines pathologies :
- calcium (+ de 150 mg/l) : bon pour la construction osseuse et la prévention de l'ostéoporose ;
- magnésium (+ de 50 mg/l) : bon pour lutter contre la fatigue et le stress, mais l'apport reste modeste par rapport aux besoins quotidiens ;
- bicarbonates (+ de 600 mg/l) : bons pour les digestions difficiles, (ils neutralisent l'acidité excessive de l'estomac) et pour les sportifs (contre l'acidité engendrée par l'effort musculaire) ; contre-indiqués en cas d'infection urinaire ;
- sulfates (+ de 200 mg/l) : pas d'effet bénéfique ; peuvent avoir un effet laxatif, surtout associés au magnésium ou au sodium ;
- fluorures (+ 1mg/l) : bons pour la prévention des caries dentaires ; en excès, peuvent altérer l'émail des dents et favoriser les maladies osseuses ; à éviter absolument pour la préparation des biberons.
- sodium (+ de 200 mg/l) : contre-indiqué dans les régimes hyposodés de certaines pathologies rénales et cardio-vasculaires.

Plate ou gazeuse ?
C'est affaire de goût ou de style. L'eau gazeuse est plus riche en sodium et plus acide.
Sauf en cas de reflux gastro-oesophagien, il n'y a pas de contre-indication à boire de l'eau gazeuse.

Eau du robinet : toujours potable ?
L'eau qui arrive à nos robinets répond à des critères de potabilité très stricts.
Une récente enquête de Que Choisir a montré que, même si 97,5 % d'entre nous ont accès à une eau de bonne qualité, il resterait près de deux millions de consommateurs qui recevraient à leur domicile une eau non conforme. En cause : les polluants agricoles. Les régions d'agriculture intensive sont touchées en priorité : Bassin Parisien (Eure-et- Loir, Loiret, Seine-et-Marne, Yonne), le Nord et la Champagne (Pas-de-Calais, Marne, Aube).
L'association propose une carte de la qualité de l'eau en France commune par commune.

Faire passer le goût de l'eau
L'eau du robinet est généralement très "dure", c'est dire à forte teneur en calcium (+ de 150 mg/l), avec un goût de chlore légèrement marqué.
D'après les agences de l'eau, les désagréments d'une eau trop dure sont uniquement de l'ordre du confort (entartrage, eau désagréable pour l'épiderme...). On n'a pas démontré d'effets sanitaires négatifs liés à la dureté de l'eau et à la présence de calcaire, en particulier sur la fréquence des calculs rénaux. Au contraire, boire de l'eau calcaire permet de couvrir une partie des besoins de l'organisme en calcium.

Quant au chlore, on l'utilise pour désinfecter et sécuriser le transport de l'eau dans les canalisations. La teneur en "chlore résiduel" est réglementée à moins de 0,1 mg/l sauf en cas d'impératifs sanitaires où ce seuil peut être dépassé. Dans tous les cas, les agences de l'eau affirment que la substance ne présente aucun danger pour la santé.
Pour résoudre le problème du goût, il suffit de laisser l'eau s'aérer pour qu'il se dissipe. Ou, pourquoi pas, presser un citron dans un litre d'eau du robinet.

Recommandations :
- boire uniquement l'eau froide, l'eau chaude peut contenir des micro-organismes nocifs ;
- consommer l'eau dans les deux jours après le contact avec l'air ;
- purger les canalisations le matin au réveil en faisant couler l'eau jusqu'à ce qu'elle soit fraîche, recueillir cette eau pour laver le linge, arroser les plantes…

Cent fois moins chère !
Le prix de l'eau du robinet est extrêmement variable selon les communes et il obéit à un paradoxe singulier : chaque facture comprenant une part fixe liée à l’abonnement, moins on utilise d’eau, plus on paie cher au litre !

Même si dans des cas extrêmes on peut aller jusqu'à 0,02 € le litre, le prix moyen est de 0,003 € le litre. Largement concurrentiel face aux eaux en bouteille dont le prix moyen s'établit autour de 0,30 € le litre (source : 60 millions de consommateurs) !

Pour la planète y'a pas photo !
L'autre handicap de l'eau en bouteille est surtout… la bouteille. Les minéraliers ont fait de gros efforts ces dernières années : aujourd'hui la quasi totalité des bouteilles sont faites en polyéthylène téréphtalate (PET). Le PET est entièrement recyclable, il ne contient ni bisphénol A ni phtalates et, avec son faible poids, il permet de réduire le coût du transport.

Néanmoins avec 150 000 tonnes d'emballages par an, les émissions de gaz à effet de serre de l'eau en bouteille sont presque 1 000 fois supérieures à celles de l'eau du robinet !

 

Sources :
Centre d'information sur l'eau
Les agences de l'eau
Que Choisir
60 millions de consommateurs
CNRS
Passeport Santé

60 à 70 %

de notre corps
selon la morphologie
est fait d'eau


52 %

des Français se disent préoccupés
par la qualité de l'eau potable
(Baromètre de l'opinion sur l'eau 2011)


90 %

de la facture des pollutions agricoles
est supportée par les consommateurs
(Que Choisir)




                

La revue de presse

Le nouveau Levothyrox ne comprend pas seulement du mannitol et de l'acide citrique, censés...

Est-elle si contagieuse, le vaccin est-il efficace, faut-il la traiter avec des antibiotiques ? Le...

Bouffées de chaleur, problèmes d'humeur ou d'insomnie… Les symptômes qui...

Comment laver les fruits et légumes pour les débarrasser des résidus de...

Comment trouver le financement des 100 milliards $ par an promis à partir de 2020 aux pays...

Les cadeaux de Noël faits maison ont l'intérêt d'être originaux, é...