Coiffeurs "bio" : greenwashing capillaire ou véritables acteurs écolos ?

Les salons de coiffure "bio" fleurissent depuis quelques années. Certains coiffeurs n’hésitent pas à surfer sur la tendance verte pour attirer le chaland. En l'absence de réglementation, voici quelques conseils pour distinguer les vrais des faux…

Viesaineetzen.com - Coiffeurs "bio"

"Aucune réglementation ni définition n’encadre l’appellation "coiffeur bio" dans le secteur des cosmétiques", prévient Betty Santonnat, directrice du développement pour l’association Cosmebio. Difficile donc d’identifier dès le premier coup d’œil les salons de coiffure véritablement engagés dans l’écologie de ceux qui font du greenwashing. Le phénomène se développe un peu partout en France, notamment dans les grandes villes et, selon Betty Santonnat, il s'agit surtout de salons indépendants. 

Publicité

En savoir plus

Bio : bon aussi pour les coiffeurs

"Pour les coiffeurs, travailler dans un salon "végétal" revêt de réels bienfaits pour la santé", assure Guillaume. Embauché il y a 4 mois chez Bio Coiff’, après 3 années dans des salons de coiffure traditionnels, il constate déjà son mieux-être. "Avant, j’avais des problèmes respiratoires et des vertiges ; aujourd’hui, je ne tousse plus, je ne suis plus haletant… J’ai vu des coiffeurs souffrir d’allergies, de problèmes de peau, voire de perte d’ongles à cause des produits chimiques utilisés à longueur de journée."

Plus "végétal" que "bio"
Charley Assoun, fondateur du salon Biocoiff’ à Paris il y a une dizaine d’années, n’aime pas le terme "bio" : "Je parlerais plutôt d’un coiffeur végétal qui utilise des soins à base de plante". Dans son salon, les produits sont soit issus de l’agriculture biologique comme les shampoings, soit naturels, autrement dit sans pétrochimie. Pour ses colorations, il utilise ainsi une marque allemande labellisée "naturelle", sans eau oxygénée ni ammoniaque, notamment. Parfois, il ajoute quelques gouttes d’huiles essentielles pour lutter contre les démangeaisons et les pellicules de ses clients.

"Qu’ils soient "bio" ou "naturels", l’utilisation de produits labellisés garantit une fabrication saine et une traçabilité aux consommateurs", souligne Betty Santonnat.

Du bénéfice pour les cheveux
Le bien-être capillaire pousse chaque jour de nouveaux clients à se presser sous les doigts de ces coiffeurs.
"Pendant des années, j’ai fait des colorations chimiques. Mes cheveux sont devenus gras, leur texture a changé et ils se sont mis à tomber massivement", constate Sonia, venue essayer pour la première fois les soins du salon Biocoiff’.
"Les éclaircissements poussés et réguliers des colorations chimiques altèrent la structure des cheveux et abîment le cuir chevelu qui devient sujet aux démangeaisons et aux pellicules", explique Georges Bacon, fondateur du salon Coiffure & Nature à Paris.

Grâce aux produits naturels, les cheveux retrouvent douceur, brillance et lumière. "Au lieu de casser le cheveu, la coloration végétale va par exemple le gainer, l’enrober, et laisser la structure de la fibre intacte", souligne Charley Assoun. Mais le bien-être a ses inconvénients : le temps de pose est très long, et le nuancier des couleurs est moins important.
Pas de quoi échauder Annick, adepte de Bio Coiff’ depuis 3 ans, qui observe : "non seulement je ne perds plus mes cheveux, mais j’ai moins d’effet racine. J’attends presque deux mois entre chaque coloration !"

"Il y a des limites à ce que nous faisons par rapport aux salons traditionnels", remarque Georges Bacon. "On ne fera ainsi jamais de permanente, ni de coloration capable de faire d’une brune une blonde".

Une déco "écolo" : oui mais…
Certains coiffeurs vont plus loin que l’utilisation de produits labellisés. Ils optent pour une décoration florale, basée sur des matériaux naturels ou le Feng Shui, et limitent leur impact sur l’environnement en installant des économiseurs d’eau ou en choisissant un nettoyage écologique des serviettes. Georges Bacon fait partie de ceux-là. "Pour une démarche cohérente, le mobilier est en bois et on a des lampes à économie d’énergie."

Mais certains salons de coiffure jouent sur cet apparat pour attirer le client, sans pour autant se détourner des shampoings et colorations chimiques. C’est pourquoi Charley Assoun le rappelle : "il y a de l’esbroufe, donc les clients ne doivent être attentifs qu’à une seule chose : les produits".

Produits certifiés et labellisés
Le fondateur de Biocoiff’ a observé "des coiffeurs qui vendaient des produits qu’ils disaient naturels sous prétexte qu’ils contenaient quelques gouttes d’huiles essentielles, alors qu’ils étaient en fait fabriqués avec des éléments issus de la pétrochimie". Pour ne pas se faire avoir, les clients doivent impérativement se renseigner sur les certifications et labellisations des produits.

L’association Cosmebio a créé deux labels aux normes exigeantes pour aider à s’y retrouver : un label "Bio" pour les produits issus de l’agriculture biologique et un label "Nat" pour les produits naturels. "Notre objectif est que l’on puisse reconnaitre ceux qui font du vrai cosmétique végétal*. Il existe également un label allemand, "BDIH", plus positionné sur les produits naturels que biologiques, avec lequel nous travaillons à une harmonisation européenne à travers un référentiel dénommé "Cosmos", qui permettra d’encadrer davantage les choses", souligne Betty Santonnat. Pour certifier ses labels "Bio" et "Nat", l’association fait appel à la société de contrôle indépendante Ecocert, accréditée par l’Etat. D’autres organismes garantissent des produits cosmétiques respectant santé et environnement, comme la société de contrôle Bureau Veritas qui délivrera notamment la certification "Cosmos".

Toutefois, Georges Bacon souligne que tous les produits utilisés par des coiffeurs engagés comme lui ne sont pas labellisés. "C’est à cause des tarifs ; il existe des laboratoires qui ne peuvent pas encore être labellisés ou obtenir des certifications. Or, c’est essentiel, et on voudrait également que davantage de laboratoires créent des produits et élargissent leur gamme." À bon entendeur…

 

* Liste des produits labellisés disponibles sur le site de Cosmebio.


                

La revue de presse

390 plages et 102 ports de plaisance se retrouvent ainsi labellisés Pavillon Bleu en 2017....

Agriculture biologique, permaculture, agriculture durable, il existe plusieurs stratégies...

Le bois, ce serait la nature, ce serait renouvelable, beau et propre… Les pratiques de...

En tête du classement : Andorre, l’Islande et la Suisse. L'Australie décroche la...

Jusqu'à 21 % d'obèses en France en 2030 et 47 % aux États-Unis si rien n'est...

Le syndrome d'épuisement professionnel ou burn-out fait aujourd'hui l'objet d'une fiche-m...