La première association française d'apithérapie

Le miel, c’est bon, nous sommes très nombreux à ne pas en douter. Mais de là à imaginer qu’il pourrait nous soigner, il ne faut tout de même pas exagérer… Et bien si, exagérons.
Se soigner avec les produits de la ruche intéresse certains scientifiques, ce qui les a conduits à créer avec des passionnés et de fins connaisseurs des abeilles la première association française d’apithérapie.

Vie saine et zen - La première association française d'apithérapie

Un petit nouveau a vu le jour dans le monde associatif, puisque ce lundi 28 janvier 2008 est né l’Association Francophone d’Apithérapie.

Publicité

En savoir plus

L'apiculture en crise !

Depuis 1995, en France 1/3 des colonies d’abeilles meurent chaque année, et font traverser à l’apiculture l’une des crises les plus alarmantes de son histoire.
Résultat, 1500 apiculteurs, amateurs et professionnels, cessent leur activité et 5000 emplois minimum se voient menacés.

Qu'est-ce que l'apithérapie ?
L’apithérapie consiste à utiliser les produits récoltés, transformés ou sécrétés par l’abeille à des fins diététiques ou thérapeutiques. Miel, pollen, propolis, gelée royale et venin sont autant de cadeaux que les abeilles nous permettent de partager avec elles (voir "apithérapie" sur le site dans "santé", "glossaire").

Des études scientifiques mettent en valeur les vertus des produits de la ruche.
Aujourd’hui, il existe très peu de centres de recherche spécialisés dans l’étude des produits de la ruche, et rares sont les chercheurs qui ont obtenu des crédits pour travailler sur ce sujet. Néanmoins, des études ont été publiées en France et à l‘étranger.
D’après ces dernières, de nombreux maux seraient adoucis grâce aux produits de la ruche comme les rhinopharyngites, la constipation, les bouffées de chaleur, la fatigue, les rhumatismes, l’insomnie, etc…

Une étude américaine (Université de Californie) vient de prouver que le miel permet de lutter contre les radicaux libres, en clair le miel lutte contre les effets du vieillissement.

Au CHU de Limoges, dans le service du Professeur Bernard Descottes, les infirmières font des pansements au miel de thym et de châtaignier pour accélérer la cicatrisation. Dans cet hôpital, une étude en double-aveugle, menée il y a une vingtaine d'années, a montré que le miel était plus rapide, plus efficace et moins cher que les produits de synthèse habituellement utilisés dans les services hospitaliers.

Le miel préviendrait aussi la formation de la plaque dentaire et ralentirait la formation des caries en limitant la production d'un polysaccharide qui permet aux bactéries de s'accrocher à l'émail des dents. (Source : Molan, université de Waikato, Nouvelle-Zélande)

Des membres passionnés
Et bien ce sont toutes ces raisons qui ont poussé un groupe de passionnés et de convaincus à se réunir lundi et fonder cette association.

Le Professeur Bernard Descottes, chef du service de Chirurgie Viscérale et Transplantation au CHU de Limoges, est actuellement le président de l’association.

Le vice-président est allemand, il s’agit du Professeur Eberhard Bengsch, docteur en sciences physiques, chercheur en virologie, biophysique, chimie organique à l'institut Max Planck de Munich. Il a montré l’action antivirale des produits de la ruche (gelée royale, propolis).

Les autres membres fondateurs sont pour certains professionnels de santé, pour d’autres de fervents défenseurs des abeilles

Première assemblée : le 17 mai 2008 à Lyon.
Le Professeur Bernard Descottes y détaillera l’utilisation qu’il fait du miel pour traiter les plaies. Le Professeur Eberhard Bengsch expliquera l’action antivirale des produits de la ruche. Catherine Ballot-Flurin présentera les principes de l’apiculture douce, et sensibilisera le public à la protection des abeilles.

Cette première assemblée n’est qu’un premier pas pour les fondateurs de l’association francophone d’apithérapie. Tous ses membres visent trois buts essentiels :
- établir, collecter et diffuser les preuves scientifiques de l’apithérapie.
- enseigner l’apithérapie aux professionnels de santé.
- agir pour la protection et la survie des abeilles.

Aujourd’hui, aucune formation en apithérapie ne mène à un diplôme officiel.
Quelques organismes offrent des ateliers, au cours desquels des praticiens transmettent leur savoir. Seule l'American Apitherapy Society organise chaque année, un séminaire de formation de trois jours (cette année, il aura lieu en avril). Elle propose également un programme de formation, en 98 leçons, offert sur Internet.

L’Association Francophone d’Apithérapie n’en est qu’à ses débuts puisque rien n’existait en France jusqu’à ce fameux 28 janvier 2008.

Regardons la grandir, et voyons si d’autres petites "abeilles" auront envie de rejoindre cette jeune "colonie".

 

1977

création
de l’apicosmétique


120 000 000

c'est le nombre d’années
d’existence des abeilles


5%

de la population mondiale
est allergique au venin d’abeille




                

La revue de presse

12 à 20 milliards €, soit 100 à 160 € par personne, le coût du...

La moitié des rivières françaises et un tiers des nappes phréatiques...

Trois pesticides interdits en bio, retrouvés sur des carottes de la marque BioC'Bon par des...

Dans la foulée des "people", Novak Djokovic, Lady Gaga ou Oprah Winfrey, les t...

Depuis le 17 octobre dernier, les risques de certains médicaments en période de...

Chez un malade sur deux, la privation de sommeil serait efficace pour réduire les sympt...