Cette année, je commence le Taiji Quan

Nous en avons tous vu dans les parcs ou pendant les J.O. de Pékin, lors de la cérémonie d'ouverture, des gens qui font des mouvements au ralenti. Et bien, ce sont des pratiquants de Taiji Quan (pour ne pas avoir l'air ridicule prononcer "Taille tchi tchuane")… Alors cette année, c'est décidé, j'envisage de commencer ! J'ai donc rencontré Erwan Astamor, porte-parole de la Fédération Française de Wushu et des arts énergétiques et martiaux chinois…

Vie saine et zen Cette année, je commence le Taiji Quan

La lenteur des mouvements a un caractère esthétique qui a séduit Erwan Astamor dès le départ. Et à l'usage, il s'est rendu compte que cette lenteur apporte du bien-être et une meilleure compréhension de soi. Le Taiji est un art. On y trouve la beauté du geste, le rythme, l'harmonie avec la nature ou avec les autres. En plus ça rend courageux, ce qui permet d'affronter des choses qu'on n'affronterait pas autrement !

Publicité

En savoir plus

Le Taiji aiderait à l'épanouissement personnel

Une étude américaine a récemment prouvé que le Taiji diminuerait les symptômes de dépression et renforcerait l'estime de soi.
Cet art martial aurait un impact positif en matière de psychologie. Pratiquer précisément les mouvements de ce sport aurait permis aux sujets étudiés de réduire leur stress et leur anxiété mais également les symptômes de dépression. Leur estime de soi se serait de cette manière renforcée.

Le Taiji source de bien-être et d'énergie
Au fur et à mesure de la pratique, Erwan prétend qu'on peut même arriver à sentir ce qui ne va pas et à presque prévoir les maladies à l'avance. Par exemple si on a mangé n'importe quoi, on constate, non pas intellectuellement mais dans son corps, qu'on n'arrive plus à bouger correctement. On devient donc prudent dans son alimentation. Par ailleurs le Taiji donne de l'énergie. On n'en sort pas moulu comme d'un autre sport.

Quelle tenue et quel matériel ?
En ce qui concerne la tenue, certains groupes invitent à porter une veste chinoise au dessus d'un pantalon ample. Ce n'est pas obligatoire, mais on peut s'y sentir à l'aise, du fait notamment que la tenue chinoise ne montre pas le corps. Il semblerait même que la tenue amène les gens à entrer plus dans la pratique.

Comme le Taiji, la plupart du temps, n'est pas pratiqué sur tatami, il faut aussi avoir des chaussures à semelles lisses et souples.
Plus tard pour les plus avancés, il y aura les armes : épée, sabre, lance, bâtons, éventail, double épée…

Une suite de mouvements lents et harmonieux
Le Taiji est un enchaînement de mouvements. Normalement cela ne nécessite pas d'échauffement. Il s'agit d'une marche lente. Pour marcher doucement normalement on n'a pas besoin d'être préparé !
Erwan explique qu'on peut parfois isoler certains mouvements issus de l'enchaînement et les répéter de chaque côté (à gauche et à droite) pour mieux les comprendre. C'est une préparation pédagogique : on simplifie pour mieux comprendre. On effectue un travail d'absorption et d'enracinement qui permet de mieux comprendre le sens de ces mouvements.

En Taiji, il n'y a pas de grades, pas de couleur de ceinture. Mais dans les enchaînements, le groupe est encadré dans les coins et en première ligne par des élèves plus avancés, voire des professeurs. Plus le groupe est avancé, mieux il emmène les débutants dans le mouvement global du Taiji, sans avoir besoin de décortiquer pas à pas. Dans certain cas, on peut faire un groupe à part pour les débutants. Selon les enseignants, il y a des pédagogies différentes.

Des styles différents accessibles pour tous
Les enchaînements diffèrent selon les styles. Il y a les styles anciens qui se divisent en cinq grandes familles : Yang, Chen, Wu, Wu-Hao et Sun. Il y a aussi les styles Li et Zhao Bao.
Le Yang et le Chen, styles les plus pratiqués en France, sont divisés en styles modernes et styles anciens.

Ces deux styles ne demandent d'ailleurs pas de conditions physiques particulières. Tant qu'on peut marcher normalement et se tenir debout on doit pouvoir faire du Taiji ! Il n'y a pas de contre-indications, mais il est bon d'informer le professeur de tout problème : asthme, problème d'articulations, de dos…

Conseil pour les débutants
Erwan nous conseille de bien choisir son cours au départ ! De ne pas prendre forcément le plus près de chez soi mais d'aller là où on aime la forme du Taiji ou le professeur.
Concernant ce dernier, il n'est pas inutile de vérifier sa qualification. La Fédération Française de Wushu et des arts énergétiques et martiaux chinois, seule agréée par l'État, donne la liste des enseignants par région avec le diplôme de chacun d'entre eux.

Ensuite, il faut s'armer de patience, être régulier dans le travail, ne pas comparer son niveau à celui des autres, tout évolue, et nous aussi !

 

Où pratiquer le Taiji Quan en France : FFWushu


                

La revue de presse

L'annonce d'étendre l'obligation de 3 à 11 vaccins en janvier 2018 est...

Trop de sel, pas assez de fibres, toujours plus de produits transformés et de complé...

Ils durent plusieurs heures souvent par grandes chaleurs... Voici cinq conseils pour optimiser les...

Sous forme de fleurs d'eau, d'écume ou de pellicule huileuse, les algues toxiques sont vert...

44 % des enseignes ne respectent pas l'interdiction de la vente en libre-service des pesticides,...

Les espèces de vertébrés reculent massivement, à la fois en nombre d'...