Jardiner sans se faire de mal

Revisiter les techniques traditionnelles, concevoir différemment son jardin et privilégier les bonnes postures corporelles… Ce sont les clés d'un jardinage plaisir !

Viesaineetzen.com - Jardiner sans se faire de mal

Jardiner est une activité physique à part entière qui permet une dépense calorique et une détente mentale, qui réduit les risques de maladies cardiovasculaires, d'arthrose, d'ostéoporose. Mais cela peut devenir un cauchemar si l'effort devient trop important, si l'on adopte de mauvaises postures et qu'on finit par traumatiser son dos. Il faut donc jardiner avec modération (voir : Jardiner le week-end).
Blaise Leclerc, expert à l'ITAB (Institut Technique de l'Agriculture Biologique) conseille d'éviter les gestes et les techniques qui ne sont pas indispensables, de concevoir astucieusement son jardin et d'adopter les bonnes postures qui respectent le corps.* 

En savoir plus

Conseils de base

- Faire quelques échauffements et étirements avant de jardiner.

- Ne pas trop prolonger les séances de jardinage, si l'on a le dos fragile.

- Bien aligner sa tête, son cou et son dos, se tenir droit en permanence.

- Soulever toujours une charge en pliant les genoux, sans courber le dos ; dans la mesure du possible ne transporter que de petites quantités à la fois.

- N'utiliser une brouette qu'en cas de nécessité, sur des sols plats et fermes : elle présente un danger dans la mesure où il faut coordonner soulèvement et poussée.

- S'agenouiller sur un tapis de jardin, un coussin ou du foin pour planter ou désherber, garder toujours le dos droit.

- Ne pas bêcher lorsque le sol est dur ou lourd.

- Prendre son temps pour effectuer une tache, faire des pauses pour se détendre et s'étirer.

- Ne pas effectuer une tache pénible en une seule fois, varier les activités.

- Lors de la taille, bien surveiller son dos : le plus léger des outils devient dangereux si l'on doit s'étirer pour le manier.

- Préférez le jet d'eau à l'arrosoir ; si l'on doit utiliser ce dernier, ne le remplir qu'à moitié, porter deux arrosoirs pour équilibrer la charge et maintenir le dos droit.

- Organiser l'abri de jardin de façon à ne pas devoir se pencher pour saisir un outil.

- Lorsqu'on jardine au soleil, porter un chapeau et des vêtements couvrants.

- Protéger ses mains avec une bonne paire de gants ; si l'on travaille mains nues, mettre du beurre de karité, le soir.

Des techniques de jardinage à revoir
La conception du jardinage a changé. On considère aujourd'hui, notamment pour des raisons d'empreinte environnementale, qu'il faut limiter l'arrosage, oublier le désherbage, se passer des traitements, ne pas utiliser de machines…

Certaines techniques de jardinage peuvent donc être réduites voire évitées : buttage, binage, arrosage, désherbage, bêchage…
Le paillage, par exemple, permet d'éviter le buttage, réduit le binage, diminue l'arrosage, limite le désherbage et, grâce au travail des vers de terre, remplace en partie le bêchage.
"Rappelons qu'un jardin bien paillé, en limitant l'évaporation au niveau du sol, divise environ par deux l'arrosage."*

Blaise Leclerc recommande également de cultiver des engrais verts et d'apporter régulièrement du compost.

Oublier les machines
Côté outils de jardinage, plutôt que la bêche, la houe ou la binette, on privilégiera la grelinette ou l'aérabêche.

Les machines, tondeuses thermiques, broyeurs ou motoculteurs, sont à éviter à cause de leur impact environnemental et pour ne pas déranger le voisinage au sens large, inclus les vers de terre et les oiseaux qui sont les auxiliaires du jardin. Une tondeuse mécanique, une faux et une cisaille suffisent pour contenir la végétation herbacée.

Bien organiser son jardin
L'organisation du jardin joue également un rôle pour savoir économiser ses gestes : avoir son potager le plus proche possible de la maison, avec des allées facilitant les déplacements et des massifs pas trop larges pour pouvoir en atteindre le centre depuis les allées.
Certaines pratiques comme le tuteurage permettent de moins avoir à se baisser.

Pour ne pas épuiser les sols, on respectera les rotations de culture et, pour ne pas faire de gestes inutiles, on privilégiera les vivaces et les semis spontanés. Consommer les plantes sauvages comme l'ail des ours, l'ortie, le pissenlit, le plantain, la roquette ou le trèfle permet de passer moins de temps dans son potager.

Ralentir et anticiper
Blaise Leclerc fait l'éloge de la lenteur en matière de jardinage.
"Le travail manuel nous apprend aussi la patience, une vertu bien rare dans notre monde moderne. Peu à peu, l'activité de jardinage prend ainsi des allures de méditation, devient un moment de récupération, de pause, et est véritablement hors du temps qui nous avale jour après jour."*

L'anticipation est ce qui permet de rester zen quoi qu'il arrive : préparation du sol, fabrication du compost, étalement des semis et plantations.

Adopter les bonnes postures
Comme toute activité physique, le jardinage utilise le corps humain. Si l'on utilise ce dernier sans précaution et sans ménagement, il fera savoir qu'il est contrarié en provoquant des douleurs ou des blocages. C'est la raison pour laquelle, comme pour un geste sportif, il faut adopter un placement corporel correct, notamment au niveau du dos (voir encadré).

Le maniement des outils requiert une attention particulière. Il ne faut pas hésiter en la matière à privilégier la loi du moindre effort.
Par exemple, pour le bêchage, se placer tout près de la bêche et l'enfoncer en utilisant le poids du corps plutôt que les muscles du bras.
Pour ratisser, tenir l'outil proche de soi, se placer en fente avant et s'aider des jambes et des genoux plutôt que du dos pour ramener le râteau vers soi.
Pour faucher, il faut garder le corps souple, les épaules relâchées, les jambes suffisamment écartées, les genoux flexibles, le dos droit et impulser le mouvement en commençant par la tête.

Une bonne hygiène de vie
Afin d'éviter l'essoufflement, ne pas oublier de respirer ! Blaise Leclerc conseille d'adopter une respiration longue, profonde, thoracique et abdominale.

Pour combler la dépense énergétique nécessaire au jardinage, il convient d'adopter une alimentation saine avec une consommation accrue de céréales complètes et de légumineuses. En jardinant, ne pas oublier de boire souvent (toutes les 20 minutes).

Un jardin plaisir
Munis de ces précieux conseils, Blaise Leclerc certifie que le jardinage n'est plus une corvée mais un plaisir. En plus d'une activité physique saine et régulière, en contact avec la nature, avec une dimension méditative, c'est un art de vivre qui réjouit l'œil sur le plan esthétique et apporte sur la table les aliments santé dont nous avons besoin.

 

Sources :
*Jardiner, ça peut pas faire de mal ! Bons outils, bons gestes, bonnes postures, Blaise Leclerc, éditions Terre Vivante
Youtube : Mal au dos/Jardiner
Mal de dos Information : Jardinage


                

La revue de presse

Pour 60 % des consommateurs, une marque qui a du sens est d'abord utile à l'économie...

Il dénonce depuis plus de vingt ans la nocivité des coupe-faim à base d'amph...

Dix conseils pratiques d'un médecin du sport afin de rester en forme grâce au...

Dans les hôpitaux, les EHPAD et les maisons de retraite, les bienfaits de la musique sont de...

La phazolicine est un antibiotique émis par une bactérie qui vient d'être d...

Un risque accru de fausse couche au premier trimestre de la grossesse en cas d'exposition à...