Comment soigner la grippe H1N1 ?

Il ne faut pas nier l'évidence : on aura beau faire le mieux du monde, le risque zéro n'existe pas, certains d'entre nous, probablement peu nombreux, vont attraper la grippe H1N1. Faut-il paniquer pour autant ? A-t-on les moyens de soigner cette grippe ?

Comment soigner la grippe H1N1 ?

Au vu des statistiques qui nous arrivent concernant la pandémie de grippe H1N1, nous sommes globalement plutôt dans une période optimiste. D'après l'OMS, le bilan fin août est loin des prévisions catastrophistes d'avant l'été : 2185 décès, c'est au niveau mondial un chiffre somme toute assez modeste.

Cette grippe est contagieuse mais peu dangereuse
Le seul point sur lequel les experts sont d'accord c'est que ce virus est très contagieux mais peu dangereux. Sauf s'il mute, ce qui peut arriver à n'importe quel virus… Ou pas. (On attend toujours la mutation tant redoutée du fameux virus H5N1 !)

Publicité

En savoir plus

H et N : pourquoi ?

Du nom de deux protéines qui caractérisent les virus du type A : - H pour l'hémagglutinine qui permet au virus de se fixer sur ses cellules cibles, - N pour la neuraminidase, qui permet au nouveau virus fabriqué dans la cellule de migrer vers d'autres cellules cibles. Il y a 16 configurations possibles pour l'hémagglutinine (H) et 9 pour la neuraminidase (N), d'où 144 combinaisons du H1N1 jusqu'au H16N9.

D'après Margaret Chan, directrice générale de l'OMS, le virus H1N1 "se répand très facilement, mais ne provoque pas de maladie sévère chez la plupart des gens." (Le Monde, 30 août 09)

La grippe H1N1 tuerait entre 4 et 10 fois moins que la grippe saisonnière et la plupart des virologues pensent que, dans plus de la moitié des cas, cette grippe pourrait être attrapée mais ne provoquer aucun symptôme.

Rappel : qu'est-ce qu'un virus ?
C'est un microorganisme infectieux qui est capable de traverser les parois de nos cellules, de pénétrer à l'intérieur et de détourner le matériel de fabrication de protéines qu'il y trouve pour se multiplier.
Il existe plusieurs centaines de virus. Seuls certains, une minorité, ont une incidence sur notre santé.

Comment les virus de la grippe se transmettent
Ils se transmettent par l'air. Ils font partie des virus respiratoires.
Si l'on est infecté, la concentration du virus dans l'air augmente quand on expire, et encore plus quand on tousse ou quand on éternue.

Les symptômes de la grippe H1N1
Ce sont les mêmes que pour la grippe saisonnière : fièvre, éternuements, mal de gorge, toux, maux de tête, douleurs musculaires et articulaires.

Les médicaments anti-viraux
Les fameux Tamiflu et Relenza permettraient de réduire la durée des signes cliniques de la grippe et les complications respiratoires. Mais là les avis divergent et l'usage de ces anti-viraux est controversé.

En France, on les réserve aux cas les plus graves. Or certains spécialistes ont conclu qu'ils sont plus efficaces en préventif qu'en curatif. D'autres considèrent qu'ils n'ont pas donné la preuve de leur efficacité, qu'ils entraînent des phénomènes de résistance et des effets secondaires indésirables.

Au mois d'août, une étude britannique chez des enfants de 12 ans a fait pencher la balance en jugeant les effets indésirables de ces médicaments plus importants que les bienfaits.

Les solutions curatives des médecines alternatives et complémentaires
Les homéopathes, fidèles aux principes de leur spécialité, ont des réponses adaptées aux symptômes propres à chaque patient.
Aconitum ou Belladona en cas de fièvre, Arsenicum album ou Bryonia pour la toux, Rhus tox ou Eupatorium perfoliatum pour les courbatures, Gelsemium pour les frissons, la fatigue.…

En oligothérapie, le complexe Cuivre-Or-Argent permet de stimuler le système immunitaire.

En aromathérapie, on peut utiliser par exemple quatre huiles essentielles qui ont des propriétés anti-infectieuses et immunostimulantes : cannelle de Ceylan (Cinnamomum zeilanicum), camphrier ou ravintsare (Cinnamomum camphora), tea tree ou arbre à thé (Melaleuca alternifolia), niaouli (Melaleuca quinquenervia)…

En phytothérapie, il y a des plantes intéressantes, comme l'échinacée (Echinacea angustifolia) ou l'églantier (Rosa canina).

Sauf complication grave, la plupart d'ente nous a des chances de constater ce que dit la sagesse populaire : une grippe soignée dure 7 jours, alors qu'une grippe non soignée dure une semaine.

 

Attention ! Les exemples de traitement cités ici sont proposés à titre de culture générale pour améliorer la connaissance des propositions thérapeutiques des médecines alternatives et complémentaires. Ils ne constituent pas un traitement à part entière.
En cas de problème, il convient d'en parler à son médecin ou à son pharmacien.

 


                

La revue de presse

Rhume, toux, mal de gorge, grippe et troubles intestinaux : un médicament sur deux dé...

Les méthodes les plus efficaces pour mettre toutes les chances de son côté...

Mimer la nature et respecter le bien-être animal… C'est le défi que relè...

Avec +3,5 % en 2017, la croissance des émissions de gaz à effet de serre chinoises...

Depuis 1989, déclin de 76 % (82 % en été) de la masse d'insectes volants en...

Il aurait eu lieu fin septembre, selon l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûret...