Revue de presse

En bref, toute l'actualité du net dans les domaines de la santé, du bien-être et de l'environnement.
Chaque semaine, la rédaction sélectionne, pour vous, les meilleurs articles des sites d'information du web, et vous en livre un condensé.
L'événement à ne pas manquer, le buzz du moment, les nouvelles initiatives, les dernières tendances, les sujets de société ou l'étude scientifique qui vient d'être publiée…

12/06/2019

12 % des consommateurs ont mangé du bio tous les jours en 2018, selon le dernier rapport de l'Agence Bio. Et plus de 9 Français sur 10 ont déclaré avoir consommé des produits biologiques. La production bio a doublé en 5 ans avec une progression particulièrement marquée pour les céréales, oléagineux, protéagineux, les légumes, les fruits et les vignes. La surface des terres cultivées en bio atteint aujourd'hui 2 millions d'hectares, soit 7,5 % de la surface agricole utile. Le nombre de conversions a atteint un chiffre record avec 6 600 agriculteurs, soit 16 par jour ! Les agriculteurs bio représentent aujourd'hui 10 % des agriculteurs français. Plus de 150 000 emplois directs sont concernés, plus du double qu'en 2012.

Source : We Demain, Romane Brisard

12/06/2019

Les trois quarts des besoins en soja de l’UE, sont destinés aux élevages industriels de poulets de chair, de poules pondeuses ou de porcs. Or plus de la moitié des importations de soja en France viennent du Brésil et d'Argentine où la quasi totalité des produits est génétiquement modifiée et où les problèmes de déforestation deviennent préoccupants.
L'ONG Greenpeace dénonce cette situation dans un rapport publié le 11 juin dernier et intitulé : Mordue de viande, l’Europe alimente la crise climatique par son addiction au soja. Deux poids, deux mesures. D'une part l’Union européenne interdit les OGM et de nombreux pesticides. D’autre part elle autorise l’importation de soja OGM poussé avec des pesticides interdits en Europe. Il faut donc savoir que, derrière la consommation de viande, d’œufs ou de produits laitiers, se cache de la déforestation.

Source : Huffington Post,

12/06/2019

Jusqu’à 52 000 microparticules de plastique par an sont ingérées par l'organisme d'un homme adulte, selon une étude canadienne. Le chiffre passe à 121 000 si l'on prend en compte la respiration. Morceaux de vêtements synthétiques, de pneus, de lentilles de contact ou autres s'infiltrent dans la nourriture et dans l'air. Boire uniquement de l'eau en bouteille apporte 90 000 microparticules de plastique de plus chaque année, soit plus du double que l'eau du robinet. Les chercheurs ne précisent pas les conséquences sur la santé humaine : seules celles des particules les plus fines (moins de 130 microns de diamètre) sont mentionnées. Elles peuvent "potentiellement passer dans les tissus humains et générer une réponse immunitaire localisée".
En 2018, la production mondiale de plastique a augmenté de 3,2 %.

Source : Le Monde,

12/06/2019

En cause : des composés qui se forment lors de la cuisson, les AGE, produits terminaux de la glycation, qui sont présents en grande quantité dans les aliments industriels (chips, biscuits, chocolat…). Une étude italienne effectuée auprès de trois groupes d'enfants de 6 à 12 ans et publiée le 8 juin dernier, a montré une corrélation entre les niveaux sous-cutanés d'AGE et la consommation de malbouffe. Or les enfants souffrant d'allergies alimentaires ont des niveaux d'AGE significativement plus élevés que les enfants souffrant d'allergies respiratoires ou n'ayant aucune allergie. Il serait donc tentant d'établir un lien entre la forte augmentation des allergies alimentaires et la consommation de malbouffe. Mais le lien de cause à effet n'est pas prouvé et d'autres facteurs pourraient intervenir : carence en vitamine D ou en fibres, pesticides, antibiotiques, appauvrissement du microbiote…
Dans tous les cas, il est conseillé de limiter la consommation d'aliments ultra-transformés chez les enfants et de diversifier plus tôt l’alimentation des nourrissons.

Source : Futura Sciences, Céline Deluzarche

12/06/2019

Végétal, vrai, varié… Les résultats de la science convergent vers la définition d’un régime alimentaire protecteur qui obéit à la "règle des 3V", affirment les chercheurs français auteurs de cet article :
- V comme végétaux à privilégier (85 % des calories quotidiennes) ;
- V comme vrais aliments, les produits non ultra-transformés à privilégier (au moins 85 % des calories quotidiennes) ;
- V comme manger varié au sein des vrais aliments.
L'idée est donc de consommer une variété de produits végétaux peu ou pas transformés (si possible bio, locaux et de saison).
Les auteurs considèrent que l'approche réductionniste de l'alimentation tentant d'expliquer la globalité par les parties (la somme des nutriments) n'est plus satisfaisante à elle seule. Sans l'exclure, il faut la complémenter par une approche plus holistique, considérant que le tout est supérieur à la somme des parties. Cela implique de prendre en compte la biodiversité, le bien-être animal, l’environnement et de considérer l'impact du degré de transformation des aliments sur la santé.

Source : The Conversation, Anthony Fardet, Edmond Rock

12/06/2019

2,6 millions de Français ont pratiqué le yoga dans les 12 derniers mois, selon une enquête réalisée par OLY Be et l’Union Sport et Cycle auprès de 1 475 personnes. Ce sont les 25-34 ans les plus concernés par la discipline et les femmes représentent 80 % des effectifs. 2 millions de yogis sont recensés en France et 7 % des non-pratiquants ont déclaré vouloir essayer le yoga dans les douze mois à venir soit 1,5 million de personnes.
Parmi les bienfaits recensés de cette activité : 83 % des yogis sondés déclarent pratiquer pour évacuer le stress, 65 % pour entretenir le corps et 37 % pour rester en bonne santé. 93 % disent pratiquer d’autres sports (running, fitness ou natation). 50 % pratiquent à domicile, 64 % le font en solitaire, 55 % en groupe. 96 % suivent des cours encadrés par un professeur, avec une moyenne de 1,6 séance par semaine.
Le budget moyen d'un yogi se monte à 522 € par an dont environ 400 € pour les cours, le reste étant destiné principalement aux vêtements et au tapis de yoga.

Source : Pratique.fr, Adrien Danglarde

À la une

vie saine et zen La technique Nadeau : trois mouvements et c'est tout !
Trois exercices répétés un grand nombre de fois pendant une vingtaine de minutes… La technique Nadeau est une technique holistique qui apporte de...

vie saine et zen
Ce serait le mal de l'époque… Surpoids et obésité sont étroitement associés à l'impact de nos modes de vie sur notre microbiote intestinal.

vie saine et zen
Haricots, lentilles, fèves, sojas, pois, pois chiches… Délaissées pendant des années les légumineuses reviennent en force dans nos assiettes. Nous...

vie saine et zen
Comment trouver sa voie professionnelle ? Avancer dans la connaissance de soi pour identifier sa singularité puis passer de l'idée à la réalité… Deux...

vie saine et zen
Parmi nos animaux de compagnie préférés, les chiens et chats restent en tête de classement. Mais adopter un compagnon à quatre pattes ne s'improvise...

vie saine et zen
Créer des murs végétaux et installer de la lumière diurne dans sa maison ou au bureau… Ce n'est pas compliqué et cela permet de retrouver les...

vie saine et zen
Échapper à la routine et au stress, retrouver des valeurs essentielles… Nous sommes de plus en plus nombreux à rêver de vacances différentes, qu'il s...

Pensée zen

Tout ce qui est triste me paraît suspect.

Julien Green