Revue de presse

En bref, toute l'actualité du net dans les domaines de la santé, du bien-être et de l'environnement.
Chaque semaine, la rédaction sélectionne, pour vous, les meilleurs articles des sites d'information du web, et vous en livre un condensé.
L'événement à ne pas manquer, le buzz du moment, les nouvelles initiatives, les dernières tendances, les sujets de société ou l'étude scientifique qui vient d'être publiée…

04/03/2020

On est bien loin du bilan de la grippe saisonnière : 3 000 morts dans le monde pour le Covid-19 dont 2 912 en Chine et 3 en France, contre 290 000 à 650 000 décès pour la grippe dont 10 000 en moyenne en France (chiffres OMS).
Pour évaluer la dangerosité d'une épidémie, il faut examiner trois taux :
- taux de morbidité = nombre de malades / population totale ;
- taux de mortalité = nombre de décès / population totale ;
- taux de létalité = nombre de décès / nombre de malades.
Les taux de morbidité et de mortalité du coronavirus sont très faibles.
Son taux de létalité est plus élevé que celui de la grippe (environ 3 % contre 0,1 %), mais ce chiffre pourrait être revu à la baisse si l'on prend en compte les porteurs sains (dont le nombre est difficile à évaluer).
D’après ces chiffres et selon l'avis des médecins, l’épidémie de coronavirus est préoccupante mais ne devrait pas susciter de psychose. Pourtant, des mouvements de panique ont été observés, probablement dus à la peur de l'inconnu, avec à la clé, la sempiternelle recherche de boucs émissaires (racisme antichinois).
Selon Anne-Marie Moulin, directrice de recherche émérite au CNRS, médecin spécialiste des maladies tropicales et philosophe, les réactions excessives de la population sont largement alimentées par les médias.

Source : Reporterre, Émilie Massemin

04/03/2020

Recommandé uniquement pour les malades et pendant quinze jours pour les personnes ayant séjourné dans les zones "à risque" : Chine, Singapour, Iran, Corée du Sud, Lombardie, Vénétie. Nous n'avons pas à faire à un virus qui flotte dans l’air mais qui se transmet principalement par contact : les personnes éternuent, se mouchent et vous serrent la main.
Il y a deux sortes de masques :
- les masques chirurgicaux : peu efficaces pour se protéger, destinés aux malades pour éviter de contaminer leur entourage (à jeter dès qu'ils sont mouillés ou souillés) ;
- les masques de protection respiratoire (FFP = Filtering Facepiece Particules) : FFP1 (78 % des particules filtrées), FFP2 (92 %) et FFP3 (98 %).
Le masque FFP2 est la protection de référence en cas d’épidémie, préconisée pour les personnes à risque majeur d’exposition, comme les professionnels de santé au contact des malades. Sa durée de protection varie entre 3 et 8 heures.
Les pharmacies sont l'endroit le plus fiable pour se procurer un masque mais elles sont souvent en rupture de stock et les prix se sont envolés depuis le début de l'épidémie.

Source : Le Monde,

04/03/2020

Une réduction de 100 millions de tonnes des émissions mondiales de CO2 aurait été provoquée par l’épidémie de Covid-19. Les mesures des autorités chinoises contre le coronavirus ont entraîné une réduction de 15 % à 40 % de la production dans les principaux secteurs industriels. Il s'agit, notamment dans l’est de la Chine, de la baisse de l’utilisation du charbon dans les centrales électriques et de la baisse du taux d’exploitation des raffineries de pétrole. Il n'est pas sûr que cette embellie soit durable. Il se pourrait que les autorités engagent, dans les mois qui viennent, un plan massif de relance économique. Les conséquences en Europe de cette crise sanitaire sont plus difficiles à évaluer, plus longues à apparaître et plus limitées qu'en Chine.

Source : Le Monde, Louisa Benchabane

04/03/2020

Elle serait responsable de 8,8 millions de morts par an (chiffres de 2015). C'est le résultat d'une étude qui vient d'être publiée dans la revue Cardiovascular Research : la pollution aux particules fines et à l’ozone aurait un impact deux fois plus important que ce qu'on pensait jusqu'à aujourd'hui. Elle diminue globalement l’espérance de vie moyenne de 2,9 ans, bien plus que le tabac (2,2 ans), le sida, les guerres et de nombreuses maladies comme la dengue ou la malaria.
Les chercheurs ont calculé également la part de la pollution atmosphérique due à l’activité humaine : deux tiers des morts prématurées sont attribuables à la pollution de l’air due aux activités humaines, principalement par les carburants fossiles. Si les émissions produites par ces derniers étaient stoppées, l’espérance de vie dans le monde augmenterait de 1,1 an.

Source : HuffPost, Grégory Rozières

04/03/2020

La renouée du Japon et la quinine du Ghana (Polygonum cuspidatum et Cryptolepis sanguinolenta), même à faibles concentrations, ont de meilleurs résultats en laboratoire sur la bactérie Borrellia que les antibiotiques doxycycline et céfuroxime. C'est le résultat d'une étude états-unienne in vitro portant sur les effets comparés de 14 plantes afin de tuer la bactérie responsable de la maladie de Lyme. D'autres plantes présentent également une bonne efficacité : le noyer noir (Juglans nigra), l’armoise annuelle (Artemisia annua), la liane du Pérou ou "griffe de chat" (Uncaria tomentosa), le ciste (Cistus incanus) et la scutellaire de Baïkal (Scutellaria baicalensis).
Ces plantes pourraient donc aider à lutter contre les formes persistantes de Borrelia, à condition de poursuivre les recherches sous forme de tests et d'essais cliniques.

Source : La Nutrition, Marie-Céline Ray

04/03/2020

Notre intestin serait notre premier cerveau et non le deuxième comme on l'a longtemps pensé, selon Valérie Espinasse, pionnière de la micronutrition. C'est lui qui secrète le plus de neuromédiateurs en quantité et qualité et ces neuromédiateurs régissent l’équilibre émotionnel. "Du point de vue de la santé globale, les cellules intestinales sécrètent 80 % des cellules immunitaires, notre système de défense contre les infections."
Si l'alimentation est pauvre en fibres, déficitaire en vitamines, oligo-éléments, acides gras, on n’aura pas la même qualité de microbiote. Par ailleurs il y a aussi des profils génétiques qui induisent un déficit de certaines bactéries du microbiote intestinal. Dans les deux cas, cela se résout par des modifications alimentaires : manger local, bio, ajuster si besoin à l'aide de compléments alimentaires sous forme de gélules ou d'ampoules.

Source : We Demain, Gilles Luneau

À la une

vie saine et zen Aliments fermentés : du vivant dans l'assiette !
Pain au levain, fromage, vin, saucisson, yaourt, choucroute, olives, cornichons… Ce sont tous des aliments fermentés. La fermentation est à la fois...

vie saine et zen Jardiner sans se faire de mal
Revisiter les techniques traditionnelles, concevoir différemment son jardin et privilégier les bonnes postures corporelles… Ce sont les clés d'un...

vie saine et zen Exercer ses yeux avec des méthodes douces
De nombreuses personnes témoignent avoir amélioré leur vue grâce à des pratiques douces de gymnastique et de relaxation oculaires. Tour d'horizon,...

vie saine et zen
L'examen de l'iris de l'œil, selon la nature et la localisation de différents signes particuliers, constituerait une aide au diagnostic dans une...

vie saine et zen
Dès le début du projet de conception, on peut mettre toutes les chances de son côté et revoir son hygiène de vie pour stimuler sa fertilité.

vie saine et zen
Régimes pauvres en sucre adaptés aux besoins, jeûne intermittent, exercices physiques… Il existerait des solutions naturelles pour vaincre le diabète...

vie saine et zen
En entrée, plat de résistance ou repas complet, entière ou mixée, réconfortante en hiver ou rafraîchissante en été, la soupe est délicieuse et facile...

vie saine et zen
Ce fruit exotique est une star. Ses bienfaits sont nombreux, notamment sur le plan cardiovasculaire. Mais il faut en user avec modération car il est...

vie saine et zen
Pain au levain, fromage, vin, saucisson, yaourt, choucroute, olives, cornichons… Ce sont tous des aliments fermentés. La fermentation est à la fois...

vie saine et zen
La peur de l'épidémie serait justifiée. Mais parmi les quatre réactions naturelles à cette peur, deux seraient contre-productives : se figer face au...

vie saine et zen
Il serait possible, en famille, d'éviter l'explosion des conflits et de profiter de cette période particulière pour revisiter le rôle du parent et...

vie saine et zen
La crise du Covid-19 nécessite de s'adapter à une situation inédite dans notre Histoire. Et si nous profitions de l'occasion pour choisir d'adopter...

vie saine et zen
Il serait possible, en famille, d'éviter l'explosion des conflits et de profiter de cette période particulière pour revisiter le rôle du parent et...

vie saine et zen
La crise du Covid-19 nécessite de s'adapter à une situation inédite dans notre Histoire. Et si nous profitions de l'occasion pour choisir d'adopter...

vie saine et zen
Être parent n'est pas un long fleuve tranquille. Quand le rêve rencontre la réalité, il arrive que le burn out menace. Il vaut mieux être attentif...

vie saine et zen
Alléger son impact sur l'environnement, gagner en liberté et en indépendance, s'émanciper du confort matériel et du consumérisme… Les raisons sont...

vie saine et zen
Revisiter les techniques traditionnelles, concevoir différemment son jardin et privilégier les bonnes postures corporelles… Ce sont les clés d'un...

vie saine et zen
Tailler sans traumatiser c'est possible. Il suffit d'observer le développement naturel de l'arbre ou de l'arbuste et connaître quelques règles...

vie saine et zen
Bonne pour le porte-monnaie, le moral, la santé et l'environnement, la démarche "zéro déchet" demande juste du bon sens et de l'imagination...

vie saine et zen
Une nouvelle génération de fongicides, les SDHI, largement utilisés dans l'agriculture conventionnelle, auraient des effets toxiques sur la santé des...

vie saine et zen
Alléger son impact sur l'environnement, gagner en liberté et en indépendance, s'émanciper du confort matériel et du consumérisme… Les raisons sont...

Pensée zen

Après le verbe "aimer", le verbe "aider" est le plus beau verbe du monde.

Bertha von Suttner