Revue de presse

En bref, toute l'actualité du net dans les domaines de la santé, du bien-être et de l'environnement.
Chaque semaine, la rédaction sélectionne, pour vous, les meilleurs articles des sites d'information du web, et vous en livre un condensé.
L'événement à ne pas manquer, le buzz du moment, les nouvelles initiatives, les dernières tendances, les sujets de société ou l'étude scientifique qui vient d'être publiée…

08/07/2020

Prudence ! Il est techniquement possible de développer et produire un vaccin contre le Covid-19 en moins d’une année mais difficile de réunir les données nécessaires pour garantir son efficacité et sa sécurité. Le laboratoire AstraZeneca, associé avec le Jenner Institut (Université d'Oxford), a déclaré pouvoir livrer un milliard de doses de son vaccin en septembre 2020. Basé sur l'utilisation d'un vecteur viral issu du chimpanzé, le ChAdOx1 n-CoV-19 a montré son efficacité sur l'animal (souris et macaque rhésus). Reste à déterminer son innocuité et son efficacité chez l'homme. Un essai clinique de phase 1 été initié en avril 2020 auprès de volontaires britanniques adultes, sains et âgés de 18 à 55 ans et devrait s'achever en mai 2021. Les essais de phase 2 et 3, sur une cohorte de plus de 10 000 individus, comprenant des enfants et des adultes de plus de 70 ans, sont en préparation. Les mésaventures du vaccin contre la dengue qui s'est avéré générer des formes sévères de la maladie chez les jeunes enfants, devraient inciter à la prudence. La précipitation pourrait conduire à un échec aux conséquences dramatiques, notamment en augmentant l’hésitation vaccinale dans le monde.

Source : The Conversation,

08/07/2020

"Des pistes de recherche intéressantes" mais la plante "ne constitue pas pour le moment un traitement contre le Covid-19". C'est la conclusion d'un communiqué que vient de publier l'Inserm (Institut national français de la santé et de la recherche médicale) à propos de l’efficacité de divers produits à base d'Artemisia dans le traitement du paludisme et du Covid-19. L'institut rappelle que la plante est utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise depuis des siècles. Près de 400 espèces poussent maintenant à travers le monde. C'est de l'espèce Artemisia annua (armoise annuelle) qu’est extraite l’artémisinine, "principe actif contenu dans les principaux traitements antipaludiques utilisés pour traiter la maladie aujourd’hui". Certains estiment que des infusions ou des produits d’herboristerie à base d’Artemisia auraient un rôle à jouer dans la lutte contre le paludisme ainsi que dans le traitement du Covid-19, du fait de ses propriétés antivirales et anti-inflammatoires. C'est le cas notamment à Madagascar et dans la République démocratique du Congo. Mais la plupart des chercheurs pointent du doigt l'insuffisance des études cliniques menées à ce jour (échantillon restreint de patients, biais méthodologiques, période de suivi trop courte).

Source : Psychomédia,

08/07/2020

Migraines, baisse de libido, sécheresse vaginale, dépression, risque d’embolie voire de cancer… Les femmes sont de plus en plus nombreuses à identifier les effets indésirables de la pilule contraceptive et à décider d'utiliser des contraceptions qui déséquilibrent moins leur organisme. En effet, les hormones de synthèse ont tendance à générer des carences chroniques en vitamines et en minéraux, responsables à terme d'effets secondaires pour lesquels le lien avec la contraception est souvent difficile à repérer. Il ne faut pas hésiter à déclarer un effet indésirable à l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé).
Néanmoins, après l'arrêt de la pilule, il peut arriver que des symptômes désagréables apparaissent, c'est ce qu'on appelle le "syndrome post-pilule" : excès ou manque d'oestrogènes, excès ou manque de testostérone, excès ou manque de cortisol, hypothyroïdie… Ces dérèglements hormonaux peuvent être pris en charge par des traitements naturels.

Source : Alternative Santé, Sabrina Debusquat

08/07/2020

La défense du laboratoire Servier a tenté de démontrer l’absence de faute pénale pour clore ce procès-fleuve, interrompu pendant deux mois pour cause de Covid-19 et qui s'est achevé le 6 juillet dernier. Le délibéré sera connu le 29 mars 2021. Les 4500 parties civiles qui ont déposé plainte et qui souffrent le plus souvent de problèmes graves au cœur liés à la prise de ce coupe-faim anorexigène, attendent avec impatience. Dans ses réquisitions, le parquet a demandé cinq ans de prison, dont deux avec sursis, contre le principal dirigeant du groupe, à l'époque Jean-Philippe Seta, et plus de 10 millions € d'amendes contre six sociétés du groupe pour "tromperie aggravée", "escroquerie" et "homicides et blessures involontaires". Un système d'experts médicaux soupçonnés de corruption a été mis en lumière au cours des audiences. Selon l'un des avocats, les laboratoires Servier "ne pensent pas être irréprochables dans cette affaire" mais regrettent "d'avoir été attentistes". "Ils sont conscients qu'ils ont été mauvais sur l'appréciation du risque, en se reposant sur l'autorité sanitaire".

Source : Le Parisien, Marc Payet

08/07/2020

Sortir de l'eau, retirer avec précaution les fragments de tentacules restant sur la peau sans les casser puis rincer abondamment la plaie avec de l'eau de mer. Penser à informer les autorités de la présence de méduses pour qu'elles alertent les baigneurs… Pour retirer les filaments urticants, on peut utiliser un couteau ou un bout de carton et, pour faciliter l'opération, appliquer du vinaigre ou déposer du sable mouillé sur la zone. On peut aussi approcher de la plaie une source de chaleur comme un mégot de cigarette (le venin de la méduse se dissout à la chaleur). Une fois rentré chez soi, il faut désinfecter la plaie avec une compresse stérile imbibée d'antiseptique et, éventuellement, appliquer une pommade antihistaminique.
En cas de piqûre sur le visage ou de réaction allergique (gêne respiratoire notamment) ou encore si la sensation de brûlure persiste au-delà de 48h, il faut consulter un médecin.
La piqûre de méduse provoque une douleur semblable à une décharge électrique, suivie immédiatement d'une sensation de brûlure, d'intensité variable selon la personne et l'espèce, et des démangeaisons.
Du fait de la diminution de la présence de prédateurs (surpêche) et de dysfonctionnements écologiques dus au réchauffement climatique, on constate une recrudescence des méduses sur nos côtes.

Source : Santé Magazine,

08/07/2020

Des fruits pour commencer, puis des œufs et/ou des céréales complètes (pain complet, granola, muesli) accompagnés d'oléagineux (par exemple : les amandes)… C'est le petit-déjeuner idéal qui va apporter l’énergie nécessaire pour bien débuter la journée. Des trois repas quotidiens, celui-ci est le plus important. Les fruits de saisons peuvent être consommés entiers, en smoothie, en salade ou en simple jus de fruits. Les céréales complètes peuvent être accompagnées d'un yaourt aux fruits secs. Le pain complet peut être dégusté en tartines. Rien de mieux qu’un petit-déjeuner riche en protéines et en vitamines pour démarrer la journée avec entrain !

Source : Pratique.fr, Adrien Danglarde

À la une

vie saine et zen Cette année, je commence le kyudo
L'art japonais du tir à l'arc ne consiste pas seulement à envoyer une flèche dans une cible. C'est aussi une pratique méditative et un art de vivre....

vie saine et zen
Elle peut renforcer ou fragiliser la barrière intestinale et joue ainsi un rôle déterminant dans l'immunité. Soigner son alimentation est une mesure...

vie saine et zen
Du raisin fermenté et rien d'autre ? Les vins "nature" ont un fort potentiel de séduction, d'autant qu'ils sont la plupart du temps fabriqués par des...

vie saine et zen
Lâcher la volonté de contrôle, accepter de ne pas savoir tout sur tout, accueillir ses émotions en travaillant sur la peur… Quelques clés pour s'...

vie saine et zen
Aujourd'hui, tous les spécialistes le crient haut et fort : il est bon et nécessaire de parler à nos enfants dès le plus jeune âge ! Fini le règne...

vie saine et zen
Chiner, recycler, retaper, l’art de la récup’ est accessible à tous. Pas besoin de s’appeler Starck, il suffit de savoir dénicher la perle rare, d’...

vie saine et zen
Une nouvelle génération de fongicides, les SDHI, largement utilisés dans l'agriculture conventionnelle, auraient des effets toxiques sur la santé des...

Pensée zen

Tiens toute chose incertaine pour vivante, toute chose certaine pour morte.

Marcel Schwob