Revue de presse

En bref, toute l'actualité du net dans les domaines de la santé, du bien-être et de l'environnement.
Chaque semaine, la rédaction sélectionne, pour vous, les meilleurs articles des sites d'information du web, et vous en livre un condensé.
L'événement à ne pas manquer, le buzz du moment, les nouvelles initiatives, les dernières tendances, les sujets de société ou l'étude scientifique qui vient d'être publiée…

06/06/2018

En hausse de 14 % par rapport à l'an dernier, il y a 134 500 emplois directs dans la filière bio aujourd'hui, principalement dans l'agriculture, selon les dernières estimations de l'Agence Bio. Sur les cinq dernières années, cette hausse s'établit en moyenne à 9,5 % par an. Le bio est plus créateur d'emplois : 12,5 % des emplois agricoles sont dans le bio, pour 6,6 % de la surface agricole utile.
Le marché a progressé l'an dernier de 17 %. Les importations représentent 31 % des volumes consommés en France et sont en progression de deux points, signe que le développement des exploitations ne suit pas le rythme du marché. C'est dans la grande distribution que la hausse a été la plus forte. Elle se retrouve avec 46 % du marché contre 36 % pour les magasins bio.

Source : Les Echos, Emmanuelle Grasland

06/06/2018

Le texte adopté le 30 mai dernier par l'Assemblée Nationale comporte quelques avancées et de grosses déceptions.
Ce qui va changer :
- interdiction du dioxyde de titane (E171) d'ici la fin 2018,
- 50 % de bio ou équivalent dans les cantines d'ici 2022,
- renforcement du poids des agriculteurs face à la grande distribution et à l'industrie agro-alimentaire avec un coût de vente construit à partir du coût de production.
Ce qui ne va pas changer :
- le glyphosate reste autorisé avec un simple objectif de sortie sous trois ans,
- le logo Nutriscore reste optionnel,
- pas d'obligation pour la vidéosurveillance dans les abattoirs, maintien de la castration à vif des porcelets, du broyage des poussins mâles, de la vente d’œufs issus de poules élevées en cage.
Ce texte doit maintenant passer au Sénat pour examen à partir du 26 juin.

Source : Novethic, Marina Fabre

06/06/2018

Les méthodes de contraception naturelles, sans hormone de synthèse, seraient très efficaces, d'après les experts. Compte tenu des effets secondaires aujourd'hui bien identifiés de la pilule (nausées, migraines, tensions mammaires, risque accru de thromboembolie et de cancer du sein) et de ses effets polluants sur les eaux usées, l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) recommande sa prescription en deuxième intention, après le stérilet ou DIU (Dispositif Intra Utérin). Taux d'échec annuel : 0,3 % en cas d'utilisation optimale, 8 % dans la pratique.
Le DIU est le deuxième moyen de contraception le plus utilisé dans le monde (22 %), derrière la stérilisation (30 %) et devant la pilule (14 %). Il peut provoquer des règles plus abondantes ou plus douloureuses. Taux d'échec annuel : 0,8 % pour les DIU en cuivre, 0,1 % pour les DIU hormonaux.
Les méthodes Billings et Creighton sont basées sur l'observation de la glaire cervicale. Celle des indices combinés y ajoute d'autres paramètres : ouverture au niveau du col, sensation, position. De nouveaux thermomètres de haute technologie remettent au goût du jour la méthode fondée sur la température. La méthode du Cler ou la symptothermie combine le deux approches. Ces méthodes sont fiables à la condition d'un fort investissement personnel. Taux d'échec annuel de la méthode Creighton : 0,1 % à 0,5 % en cas d'utilisation optimale, 5 % dans la pratique. Pour la symptothermie : 2 %.
Des applications sont aujourd'hui capables de calculer les jours de fertilité. D'après une étude états-unienne de 2016, les plus précises sont, dans l'ordre : Ovulation Mentor, sympto.org, iCycleBeads, LilyPro, Lady Cycle.

Source : Alternative Santé, Claire Sergent

06/06/2018

1 patient hospitalisé sur 20 présente au moins une infection nosocomiale, selon une enquête nationale réalisée auprès de 81 000 personnes et présentée le 4 juin dernier par l'agence Santé Publique France. Cette proportion n'a pas diminué depuis 2012. Elle est de 1 sur 4 dans les services de réanimation. Les infections nosocomiales les plus fréquentes sont les infections urinaires, puis celles au niveau de la zone opérée, les infections respiratoires et celles du sang. Elles seraient à l'origine de 4 000 décès par an. Selon Bruno Coignard, directeur de la section "maladies infectieuses" à Santé Publique France : "Le risque zéro n'existe pas. Peut-être avons-nous atteint un plancher concernant les infections nosocomiales." Peu rassurant.

Source : Le Figaro, Aurélie Franc

06/06/2018

La marque Monsanto disparaît, retirée par la société Bayer qui vient de la racheter. Elle était devenue synonyme d'OGM, des pesticides et de scandales : productrice de l'agent orange, un herbicide utilisé par l'armée pendant la guerre du Vietnam, du Lasso et du Round-Up, deux herbicides jugés toxiques pour la santé humaine ; condamnée pour avoir déversé des déchets de PCBs dans une rivière américaine ; réputée pour ses méthodes douteuses de lobbying consistant notamment à acheter des scientifiques et biaiser des études. Pourtant Bayer et les autres multinationales du secteur comme DuPont et Dow qui viennent de fusionner, ChemChina qui vient de racheter Syngenta ou BASF ont des pratiques équivalentes. Dow Chemical avait aussi produit de l'agent orange et vendu un pesticide toxique au Nicaragua. DuPont a pollué de l'eau avec du PFOA (composant du Teflon). Après avoir supprimé la marque Monsanto, Bayer adoptera-t-elle des pratiques plus vertueuses ?

Source : Huffington Post, Gregory Rozieres

06/06/2018

46 milliards €, c'est la somme demandée par le groupe Bolloré aux collectivités utilisatrices pour éponger le déficit d'Autolib'. La maire de Paris a jugé la somme "abracadabrantesque" et vient d'annoncer la mise en place d'une commission sur ce sujet. Malgré une dette d'exploitation cumulée estimée pour 2023 à 293,6 millions €, Autolib' est un succès : une voiture louée toutes les 5 secondes et un taux de satisfaction de 92 %. Mais le service a perdu plus de 5 % de ses abonnés depuis fin 2016 : de 110 000 à 103 500 en septembre 2017. Une baisse expliquée par le manque de véhicules disponibles et leur état d'entretien pitoyable. Autolib' : une réussite politique et technologique mais un échec économique.

Source : L'Obs,

À la une

vie saine et zen La randonnée, ça ne s'improvise pas
Nous sommes près de huit millions à visiter, entre amis ou en famille, les paysages qui nous entourent sur des sentiers balisés. Mais même si l'on...

vie saine et zen
Elle fait partie des maladies émergentes et certains experts parlent d'une pandémie mondiale. Difficile à diagnostiquer et à traiter, la maladie de...

vie saine et zen
Elle a tout pour plaire. Peu chère, peu polluée, délicieuse et facile à préparer, elle contient en abondance des oméga-3 ainsi que de nombreuses...

vie saine et zen
Confrontés à des injonctions contradictoires quant à leur masculinité, beaucoup d'hommes sont en souffrance. Ceux qui reconnaissent leur fragilité...

vie saine et zen
Voici un moment de la vie de bébé que papa et maman peuvent partager à égalité. Même si le style change d'un parent à l'autre, tendre ou sportif, le...

vie saine et zen
Les géobiologues décèlent dans nos habitations des réseaux de champs telluriques vibratoires dont les interactions auraient des effets sur le bien-...

vie saine et zen
Échapper à la routine et au stress, retrouver des valeurs essentielles… Nous sommes de plus en plus nombreux à rêver de vacances différentes, qu'il s...

Pensée zen

L'éternité, c'est lorsqu'il ne manque plus rien au présent.

Boèce