Revue de presse

En bref, toute l'actualité du net dans les domaines de la santé, du bien-être et de l'environnement.
Chaque semaine, la rédaction sélectionne, pour vous, les meilleurs articles des sites d'information du web, et vous en livre un condensé.
L'événement à ne pas manquer, le buzz du moment, les nouvelles initiatives, les dernières tendances, les sujets de société ou l'étude scientifique qui vient d'être publiée…

20/11/2019

Dans ses nouvelles directives, la HAS (Haute Autorité de Santé) ne recommande pas de recourir systématiquement à la kiné respiratoire en cas de bronchiolite chez les bébés de moins de 12 mois. Selon elle, les études scientifiques n'ont pas apporté de preuve de l’efficacité de la méthode. La kiné respiratoire ne figurait pas dans les précédentes recommandations de 2000. Le revue Prescrire avait jugé en 2012 qu'elle n'était pas efficace.
La bronchiolite est une maladie respiratoire fréquente, bénigne mais angoissante pour les parents. Elle touche, selon les estimations officielles, 30 % des bébés de moins de 2 ans chaque hiver (480 000 cas par an). Causée par un virus, elle est très contagieuse. Principaux symptômes : une toux et une respiration qui devient difficile, rapide et sifflante. "Sa phase aiguë dure en moyenne 10 jours, dont les deux premiers nécessitent une attention accrue". La HAS conseille d'envoyer à l'hôpital les formes graves et au cas par cas les modérées. La prise en charge consiste en un "lavage de nez régulier et la surveillance des signes d'aggravation". Mode d'emploi : vider une dosette de sérum physiologique dans la narine du nourrisson couché sur le côté. Un geste pas toujours facile et qu'on peut apprendre auprès des professionnels de santé.

Source : Le Parisien, Ph. L.

20/11/2019

6 respirations par minute pendant 6 minutes (une inspiration/expiration toutes les 10 secondes)… La cohérence cardiaque est une méthode antistress éprouvée. Des études récentes ont montré qu'elle est également utile pour :
- réduire la douleur chronique, notamment en cas de fibromyalgie ;
- aider à mieux gérer les addictions : l'alcool, la nicotine, la cocaïne et particulièrement la nourriture ;
- mieux dormir : elle a pour effet de diminuer l’état d’hyperexcitation qui accompagne de nombreux troubles du sommeil.

Source : La Nutrition, Sarah Amiri

20/11/2019

Luminaires, guirlandes de décoration, torches, phares de voiture, écrans d'ordinateurs et de smartphones… Les LED (diodes électroluminescentes) sont devenues omniprésentes. L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) s'en inquiète car elles émettent une lumière bleue dont la longueur d'ondes, courte et très énergétique, peut agresser les cellules de la rétine et perturber la production de mélatonine, l'hormone du sommeil. Il existe des normes de sécurité mais ces dernières ne prennent pas en compte une exposition chronique, quotidienne et sur plusieurs années. Les personnes les plus sensibles sont les enfants, les personnes âgées, les migraineux, les épileptiques, les femmes enceintes, les patients souffrant d'une pathologie de l'œil et certains professionnels exposés (éclairagistes, dentistes, chirurgiens…).
Conseils : éviter les jouets à LED et les lampes de décoration de couleur bleue, éteindre et éloigner ses écrans 2h avant de se coucher, choisir des ampoules dont la température de couleur ne dépasse pas 3000 K (blanc chaud).

Source : Santé Magazine, Sylvie Dellus

20/11/2019

330 millions de tonnes de viande ont été produites en 2018 dans le monde (contre 70 millions en 1961). L'élevage de bétail a un impact majeur sur l’élévation des températures, ainsi que sur la détérioration globale de notre environnement. Selon un rapport de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), il représentait en 2005, 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre, un taux comparable à celui des transports. La viande bovine qui ne représente que 22 % de la consommation totale de viande est à l’origine de 41 % de ces émissions (74 % si l’on inclut la production de lait). De plus, la production de viande et de produits laitiers serait à l'origine de 80 % de la déforestation de la forêt amazonienne, selon un rapport de Greenpeace de mars 2018. Elle mobiliserait jusqu’à 80 % de la surface des terres agricoles dans le monde.
"L’élevage industriel ne nourrit pas le monde, il l’affame en le détruisant", résume l'écrivain américain Jonathan Safran Foer.

Source : Le Monde, Catherine Vincent

20/11/2019

Avec 75 % utilisés comme biocarburant, l’huile de palme se fait de plus en plus rare dans les assiettes en France. Le député Matthieu Orphelin et plusieurs cosignataires ont publié le mercredi 13 novembre dernier une tribune appelant la France à une utilisation plus raisonnée avec arrêt de l'utilisation comme carburant. L'huile de palme est l'huile végétale la plus consommée au monde et la moins chère à produire. 85 % de la production se fait en Indonésie et en Malaisie. La plante nécessite peu de pesticides mais le boom de la demande a entraîné un déforestation massive en Asie du sud-est, ce qui pose des problèmes importants pour la biodiversité et la lutte contre le réchauffement climatique. Mais alors qu'en Europe l'industrie agro-alimentaire se détourne peu à peu de l'huile de palme, l'utilisation sous forme de carburant a pris le relais. Et la France s'est opposé en janvier dernier à un vote du Parlement européen planifiant la fin de l'utilisation de l'huile de palme comme biocarburant pour 2021…

Source : 20 Minutes, Fabrice Pouliquen

20/11/2019

Assurer un niveau de vie décent, avec accès notamment à la santé et à l'éducation, nécessite des besoins énergétiques très limités, contrairement à ce que l'on croit généralement. C'est le constat encourageant que fait un rapport de l'IIASA (Institut international pour l'analyse des systèmes appliqués). Les chercheurs ont mis au point une nouvelle méthode de calcul pour déterminer la demande énergétique des "services de base" et les ressources nécessaires. Ils l'ont ensuite appliquée au Brésil, à l'Inde et à l'Afrique du sud. Résultats : les besoins énergétiques pour assurer le "minimum décent" sont bien en deçà de la consommation moyenne d'énergie de chaque pays et de la consommation énergétique moyenne par habitant dans le monde. Ils sont de très loin inférieurs à ceux des infrastructures ou des transports en commun. En revanche, c'est l'abondance de biens qui est gourmande en énergie. Conclusion : la priorité est de surveiller les dépenses énergétiques liées à l'évolution des modes de vie "opulents". Solutions : investir dans les transports en commun, les bâtiments écologiques, construire les infrastructures avec des matériaux d'origine locale, encourager des régimes et systèmes alimentaires durables.

Source : L'Express, Victor Garcia

À la une

vie saine et zen La peau à l’épreuve du froid
Pendant la période hivernale, la peau devient souvent plus sèche et nécessite plus de soins. Pour la préserver du froid, qu’on soit un homme ou une...

vie saine et zen
Elles sont entrées depuis plusieurs décennies dans la vie des Français. Les médecines alternatives et complémentaires sont intégrées dans des...

vie saine et zen
Pain au levain, fromage, vin, saucisson, yaourt, choucroute, olives, cornichons… Ce sont tous des aliments fermentés. La fermentation est à la fois...

vie saine et zen
Céréale la plus consommée par l'homme dans le monde, le riz est l'aliment de base dans de nombreux pays, notamment en Asie. Aujourd'hui, chez nous,...

vie saine et zen
Utilisé depuis toujours dans les pratiques traditionnelles, en yoga, en Qi Gong ou dans les disciplines plus récentes de "pleine conscience", le...

vie saine et zen
Le bonheur, c’est simple comme un coup de fil. C’est étrange, les ennuis aussi… Quand on est parent d’un enfant de moins de 3 ans, il est difficile...

vie saine et zen
Voilà maintenant des années que vous rêvez d’une cheminée dans votre salon. Seulement vous êtes locataire, ou alors vous n'avez pas la place ou le...

vie saine et zen
Si vous faites partie des 30 à 40 % de touristes qui feraient bien un truc pour la planète s’ils étaient mieux informés, je vais vous expliquer...

Pensée zen

Il n'y a qu'une façon d'échouer, c'est d'abandonner avant d'avoir réussi.

Georges Clémenceau