Le romarin : buisson aromatique

Le romarin : buisson aromatique

Il évoque le soleil, la mer Méditerranée et la Provence. Le romarin est à la fois un aromate gourmand et une plante médicinale.

Image

Sommaire

- Cousin de la sauge
- Troubles digestifs et hépatiques
- Tisane, baume ou onguent
- En huile essentielle
- En cuisine
- En boisson

Il s'agit d'un arbrisseau qu'on trouve à l'état sauvage dans le pourtour méditerranéen, notamment dans les garrigues arides et rocailleuses.

Cousin de la sauge
C'est un cousin proche de la sauge, de la famille des Lamiacées et du genre Salvia. Son nom savant est Salvia rosmarinus, auparavant Rosmarinus officinalis.

On se sert de sa feuille et de ses fleurs, fraîches ou séchées, comme aromate ou comme plante médicinale.

Troubles digestifs et hépatiques
En usage interne, il permet de soulager les troubles gastriques et d'améliorer les fonctions biliaires et hépatiques. Il aurait également des propriétés antiulcéreuses, antispasmodiques et antimicrobiennes ainsi que des vertus tonifiantes, diurétiques, digestives et antiseptiques des voies respiratoires.*

Il a une action reconnue sur le foie et la vésicule biliaire dont il renforce l’action détoxifiante. Il calme les douleurs abdominales et les fermentations associées.
Il est riche en antioxydants et, grâce à ses polyphénols, il contribue à prévenir le cancer et le vieillissement, notamment en préservant les fonctions cognitives.
Il a un effet anti-infectieux contre les refroidissements, les bronchites et les cystites.
C'est un plante régulatrice neuroendocrinienne : le romarin stimule la corticosurrénale et le cœur en augmentant aussi l’effet parasympathique du système neurovégétatif.**

Par voie externe, le romarin est utilisé pour cicatriser les plaies, diminuer les douleurs articulaires et musculaires, améliorer la circulation, éloigner les poux.**

Tisane, baume ou onguent
On peut verser 15 cl d'eau bouillante sur 1 à 2 g de romarin séché et laisser infuser une dizaine de minutes. Cette tisane aurait une action sur la fatigue, les troubles digestifs et hépatiques, les infections respiratoires et de la sphère ORL ainsi que les maux de tête.*
Du fait de ses vertus tonifiantes, il vaut mieux éviter d'en boire le soir.

On utilise le romarin dans de nombreux remèdes, chez les humains comme chez les animaux. Sous forme d'extrait à base d'alcool, on l'applique sur les plaies. Sous forme d'onguent ou de baume, il sert à soulager rhumatismes et névralgies.
Il entre dans la composition du fameux vinaigre des quatre voleurs et de l'eau de Cologne.

En huile essentielle
L'huile essentielle (HE) de romarin permet de stimuler les facultés cognitives.*

L'HE de romarin officinal à camphre agit davantage sur le système neuromusculaire, contre les crampes, les courbatures, les contractures et les rhumatismes musculaires, les myalgies.***

L'HE de romarin officinal à cinéole est plus expectorant et il agit contre la bronchite, l'otite, la sinusite, le refroidissement pulmonaire mais aussi la candidose ou la cystite.***

L'HE de romarin officinal à verbénone a une meilleure efficacité pour les problèmes digestifs et hépatiques, par exemple contre les entérocolites colibacillaires ou virales, les hépatites virales.***

À doses élevées, le romarin est toxique (abortif et neurotoxique).

En cuisine
Il faut l'ajouter au début de la cuisson pour qu'il ait le temps de dégager tout son arôme. Il suffit de très peu de feuille de romarin pour parfumer une marinade, un ragoût, une viande rôtie ou une grillade.
Il se marie parfaitement avec le veau, l'agneau et certains poissons préparés au four.

Il fait partie des herbes de Provence. On le mélange souvent avec le thym, la sauge ou l'origan, par exemple dans une sauce tomate ou au vin rouge.

Le miel de romarin est très réputé.

En boisson
Dans certaines régions, on fait tremper du romarin dans du vin pour obtenir une boisson tonifiante : il suffit de laisser 4 branches de romarin macérer une huitaine de jours dans une bouteille de vin rouge, avec éventuellement quelques feuilles de menthe, filtrer et ajouter 1 ou 2 cuillères à soupe de miel.

 

Sources :
*Passeport Santé : Romarin
Wikipédia : Romarin
**Plantes & Santé : Le tout-puissant romarin
Le Grand Livre des Aliments Santé, Patricia Bargis, éditions Eyrolles
***Traité approfondi de phyto-aromathérapie, Hervé Staub, Lily Bayer, éditions Grancher
Larousse Gastronomique

 En savoir +

Rosée de mer ou buisson romatique

Dans l'Antiquité, en Grèce, c'était une plante sacrée. On brûlait des brins de romarin en offrande aux Dieux et les étudiants en portaient durant les examens pour stimuler leur mémoire. On glissait des brins de romarin sous les oreillers pour chasser les mauvais esprits et les cauchemars. Les mariées portaient des couronnes de romarin, symboles d’amour et de fidélité.
En Égypte, on en déposait dans le tombeau du pharaon pour fortifier son âme.

Le mot viendrait du latin "ros marinus", rosée de mer, ou du grec "rhops mirinos", buisson aromatique.
On l'appelle également "herbe aux couronnes" ou "encensier".