Le diagnostic de performance énergétique

Le diagnostic de performance énergétique

Puisque nous nous sommes engagés collectivement à réduire nos émissions de gaz à effet de serre, nous nous devons d'être transparents sur la performance énergétique de nos logements. De A à G…

Image

Sommaire

- Le DPE, c'est quoi ?
- Des conseils pour l'améliorer
- Qui peut l'effectuer ?
- Combien ça coûte et qui paie ?
- Un DPE récemment renforcé
- Lutter contre les passoires thermiques
- Une méthode de calcul critiquée
- Valoriser son bien immobilier

En France, pour ne pas avoir de mauvaises surprises lorsqu'on emménage dans une nouvelle habitation, il faut bien regarder le DPE (diagnostic de performance énergétique) qui est aujourd'hui obligatoire lors de la mise en vente ou en location du bien (sauf si ce dernier doit être occupé moins de 4 mois par an).

Le DPE, c'est quoi ?
Il décrit le bâtiment ou le logement (surface, orientation, murs, fenêtres, matériaux…), ses équipements de chauffage, de production d’eau chaude sanitaire, de refroidissement et de ventilation. Il indique la quantité d’énergie effectivement consommée ou estimée. La méthode de calcul a été revue et affinée en 2021.

Deux étiquettes en facilitent la lecture, avec 7 classes de A à G (A correspondant à la meilleure performance, G à la plus mauvaise) :
- l’étiquette énergie indique la consommation d’énergie primaire en kWh par mètre carré et par an ;
- l’étiquette climat indique la quantité de gaz à effet de serre émise en kilogramme d'équivalent CO2 par mètre carré et par an.
(Voir encadré)

Des conseils pour l'améliorer
Le DPE comprend également des recommandations concernant les mesures les plus efficaces pour économiser de l’énergie : ce sont des conseils de bon usage et de bonne gestion du bâtiment et de ses équipements ainsi que des recommandations de travaux qui ne sont pas obligatoires.

Qui peut l'effectuer ?
Ce DPE doit être réalisé par un professionnel certifié. Il existe un annuaire des diagnostiqueurs certifiés.

Combien ça coûte et qui paie ?
Le prix du diagnostic de performance énergétique n'est pas réglementé et varie en général entre 80 € pour un studio jusqu'à 180 € pour une maison de 5 pièces. Il est préférable de demander plusieurs devis.
En cas de vente, son coût incombe au vendeur, en cas de construction au maître d'ouvrage et en cas de location au propriétaire bailleur.
La durée de validité d'un DPE est de 10 ans.

Un dispositif récemment renforcé
Depuis le 1er juillet 2021 le DPE est opposable au tiers comme les autres diagnostics techniques immobiliers (électricité, plomb, amiante) : l’acquéreur ou le locataire peut s’en prévaloir à l’encontre du vendeur ou du bailleur. Cela veut dire que, par exemple, si l'acquéreur estime qu'il a subi un préjudice économique, il peut engager la responsabilité du vendeur qui se retournerait alors vers l'entreprise qui a effectué le diagnostic.

À partir du 1er janvier 2022, toutes les annonces immobilières devront indiquer l’étiquette énergétique et climatique sans oublier les estimations des consommations d'énergie du logement.

Lutter contre les passoires thermiques
L'un des buts du legislateur, à travers les récentes évolutions du DPE, est de sortir du parc locatif les passoires thermiques (classées F et G) et d'encourager leur rénovation. On estime le nombre de logements concernés à environ 4,8 millions. Par exemple, depuis le 1er janvier 2021, les propriétaires de ces habitations ne peuvent plus augmenter le loyer lors du changement de locataire.

Une méthode de calcul critiquée
Le DPE fait l'objet de nombreuses critiques venant d'ONG comme négaWatt qui relève des marges d'erreur importantes dans le sens d'une sous-estimation de la consommation. La méthode de calcul se base en effet sur des standards théoriques.

Par ailleurs des associations de consommateurs ont pointé du doigt le manque de fiabilité de la formation des diagnostiqueurs, leur méconnaissance du bâtiment et leur manque d’indépendance. Il semblerait que, sur ce plan, la situation s'améliore petit à petit.

Valoriser son bien immobilier
Le DPE est une estimation qui permet de fixer des performances à respecter pour diminuer les besoins en énergie d'un logement. Rien n'oblige à réaliser les travaux d'amélioration conseillés mais en les effectuant, en utilisant les énergies renouvelables et en adoptant en plus un comportement économe, on gagne en confort, on diminue ses dépenses et on augmente la valeur marchande du logement ! Les biens ayant un mauvais bilan énergétique souffrent en effet aujourd'hui d'une décote significative.

 

Sources :
Wikipédia : Diagnostic de performance énergétique
Ministère de la transition écologique : Diagnostic de performance énergétique
Le Figaro : Les règles du diagnostic de performance énergétique changent
*Le parc de logements par classe de consommation énergétique

 En savoir +

Les classes de A à G

Depuis le 1er juillet 2021, les classes sont définies de la manière suivante :
- Classe A : moins de 70 kWh/m2/an et de 6 kg CO2e/m2/an
- Classe B : 70 à 110 kWh/m2/an et 6 à 11 kg CO2e/m2/an
- Classe C : 110 à 180 kWh/m2/an et 11 à 30 kg CO2e/m2/an
- Classe D : 180 à 250 kWh/m2/an et 30 à 50 kg CO2e/m2/an
- Classe E : 250 à 330 kWh/m2/an et 50 à 70 kg CO2e/m2/an
- Classe F : 330 à 420 kWh/m2/an et 70 à 100 kg CO2e/m2/an
- Classe G : plus de 420 kWh/m2/an et de 100 kg CO2e/m2/an.

6,6 %
du parc immobilier
classés A et B
en 2018*

29 millions
de résidences principales
en France
en 2018*

17 %
du parc immobilier
classés F et G
en 2018*