Transports : choisir le vélo

Transports : choisir le vélo

Écologique, économique, rapide en ville et nécessitant un exercice physique excellent pour la santé… Le vélo a tout pour plaire et son usage en France est en train de décoller.

Image

Sommaire

- Le plus écologique
- Le plus rapide en ville
- Le plus économique 
- Bon pour la santé
- Privilégier la sécurité
- Une grande variété de vélos
- S'hydrater et manger léger
- Un choix d'avenir

Un sondage de 2018 donne 81 % de Français favorables au fait de faciliter la circulation à vélo. Pourtant seulement 1,9 % l'utilisaient pour aller travailler. Aujourd'hui les chiffres augmentent sensiblement. Le trafic sur les pistes cyclables a augmenté depuis six mois d’environ 29 % en France, de 67 % à Paris et de 26 % à Lille*. La crise sanitaire qui a succédé aux grèves de transport a eu pour effet de remplir les pistes cyclables de nos villes.

Le plus écologique
Il faut dire que le vélo est le mode de transport le plus écolo qui soit.
"Cette alternative aux transports issus des énergies fossiles, dont on connaît le tarissement des ressources, permet de circuler à un faible coût sans générer de pollution"*, explique Olivier Dulaurent, ancien coureur cycliste.
À l'heure où l'on prend conscience que les transports représentent environ 30 % des émissions totales de CO2 de l'Union européenne, dont 72 % viennent du transport routier, de plus en plus nombreux sont celles et ceux qui sont sensibles à cet aspect.

Une nuance néanmoins pour la version à assistance électrique qui est une solution beaucoup moins écologique que le vélo musculaire, dont l'énergie provient uniquement des muscles de l'utilisateur. La question des batteries pose problème, aussi bien pour l'impact de leur fabrication sur l'environnement que pour la difficulté de leur recyclage. Par ailleurs la provenance de l'électricité nécessaire à la recharge, qui varie selon le pays où l'on habite, joue sur l'impact carbone de ce moyen de transport.

Le plus rapide en ville
Mais le vélo présente d'autres avantages. C'est d'abord un gain de temps. Le temps d'un trajet à vélo est à peu près constant, quelles que soient les conditions rencontrées, alors qu'il est très aléatoire avec la voiture du fait des embouteillages et de la difficulté à trouver une place de parking. "À Paris en vélo, on dépasse les autos…", disait le chanteur. Quant aux transports en commun, tout dépend du nombre de changements de lignes, de la fréquence des bus ou des rames et des incidents divers (panne, colis piégé, grève…).

Le plus économique
À l'usage, le vélo représente également une économie substantielle. Le coût à l'achat va d'environ 340 € en moyenne pour un vélo de ville jusqu'à 1 500 € pour un vélo à assistance électrique (VAE). Il y a ensuite quelques dépenses de révisions et de changements de pièces à prévoir. Mais c'est très peu en comparaison du coût d'une voiture (estimés entre 2 500 et 3 000 € par an)*.

Bon pour la santé
Faire du vélo régulièrement est une excellente manière d'améliorer sa condition physique.
"Le vélo est un sport très bénéfique pour la santé, avec peu de contre-indications. Il réduit les risques de diabète, de maladies cardio-vasculaires et de dépression, entre autres. En prime, il renforce le système immunitaire, permet un sommeil de meilleure qualité, et donne du tonus et de l'énergie. Il a un faible impact sur les articulations et ménage notamment les genoux, contrairement à la course à pied par exemple"*, affirme Olivier Dulaurent.

Une étude écossaise réalisée sur plusieurs années auprès d'environ 260 000 personnes a montré en 2017 que, chez les cyclistes, les risques de développer un cancer étaient réduits de 45 %, ceux d'être atteint d'une maladie cardiovasculaire de 46 %, et le risque de mourir d'une autre maladie de 41 %.*

Privilégier la sécurité
Mais ce qui précède ne se vérifie que si l'on privilégie avant tout… la sécurité. Compte tenu du comportement à risque de nombreux cyclistes, il est malheureusement nécessaire de rappeler que rouler à vélo ne dispense pas du code de la route (voir encadré). Il y a eu en 2018, en France, 4 805 accidents impliquant un vélo avec 4 328 blessés et 175 tués (soit 5 % des morts sur les routes), selon l'ONISR (Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière).*

Une grande variété de vélos
Vélo de route traditionnel, vélo tout terrain (VTT), gravel ou vélo de cyclo-cross (compromis entre le vélo de route et le VTT), vélo pliant ou vélo cargo (équipé d'un bac de rangement à l'avant)… Il existe une grande variété de vélos selon l'usage qu'on en a.
Malgré son bilan écologique moins satisfaisant, on peut aussi opter pour la solution du vélo à assistance électrique (VAE) lorsqu'on veut moins se fatiguer en raison de l'âge ou d'un problème de santé. Mais il ne faut pas croire que les VAE dispensent de pédaler ! Simplement l'effort est modéré, les côtes se grimpent en douceur et l'on n'arrive pas en transpiration à son rendez-vous…

S'hydrater et manger léger
Il faut penser à bien s'hydrater pendant et après le trajet à vélo, manger léger si l'on démarre moins de trois heures après un repas. D'une manière générale, les règles d'alimentation du cycliste sont les mêmes que celles qui régissent un bonne hygiène de vie : diminuer l'alcool, le gras et les sucres à index glycémique élevé. Si le trajet dépasse une heure, penser à emporter des fruits secs ou des barres de céréales.

Un choix d'avenir
Le choix du vélo s'impose donc du point de vue écologique et économique, en terme d'efficacité et d'amélioration de la santé.
"L'avenir du vélo se présente donc sous les meilleurs auspices, car il ne fait guère de doute que la place de la voiture dans notre société sera de plus en plus réduite, surtout en ville", conclut Olivier Dulaurent.

 

Sources :
- Le guide du vélo écolo, Olivier Dulaurent, éditions Leduc.S
- Le Monde : L’usage du vélo en forte expansion dans les grandes villes

 En savoir +

Respecter le code de la route

Respecter les panneaux de signalisation notamment les stops et les feux de circulation (sauf aménagements spécifiques).

Céder le passage aux véhicules et autres cyclistes qui ont la priorité à une intersection.

Céder le passage aux piétons qui s'engagent dans un passage protégé.

Circuler du côté droit de la chaussée (sauf avant un virage à gauche ou en cas de nécessité).

Signaler ses intentions de manière claire et sur une distance suffisante.

Il est autorisé de circuler à deux de front mais l'on devra passer en file indienne la nuit et quand les conditions de circulation l'exigent.

Il est interdit de :
- rouler sur les trottoirs,
- porter des écouteurs ou manipuler un téléphone sur son vélo,
- se faufiler entre deux rangées de véhicules,
- transporter un passager (sauf s'il y a un siège prévu à cet effet),
- consommer des boissons alcoolisées en circulant.

Il est fortement conseillé de porter un casque et, quand on circule de nuit, des vêtements clairs.

2,7 millions
le nombre de vélos
vendus en France en 2018

338 000
le nombre de VAE
vendus en France en 2018

1 million
le nombre prévu de VAE
vendus en France en 2025