Ecogestes : une charge mentale supplémentaire ?

Ecogestes : une charge mentale supplémentaire ?

Les femmes se mobilisent volontiers pour l'écologie et de façon souvent efficace, notamment pour le mouvement zéro déchet.

Acheter en vrac, cuisiner des produits frais, faire soi-même ses produits ménagers, s'occuper du compost, penser aux sacs en tissu en partant faire ses courses, porter la charge mentale du projet… Le risque de trop-plein est réel pour les femmes, qui accomplissent toujours deux fois plus de tâches domestiques que les hommes. Selon l'INSEE, ces tâches représentent chaque jour deux heures pour les hommes et près de trois heures et demie pour les femmes.

"Le milieu écolo procède d’une même répartition discriminatoire du travail domestique que le reste de la société", explique Hélène de Vestel, présidente du collectif Edeni, un organisme de formation et d'accompagnement. "Les écogestes ne doivent pas être une nouvelle injonction sexiste."

Le zéro déchet pourrait avoir au contraire des effets bénéfiques pour les couples : l’occasion de recréer du lien, de travailler en équipe, d'être solidaires, de prendre des décisions ensemble, de redonner de la valeur au "care" (le soin porté aux autres et à la planète).

 

Source : Kaizen, Audrey Guiller et Nolwenn Weiler – 28/09/22