Les lobbies ont saboté la Convention citoyenne pour le climat

Les lobbies ont saboté la Convention citoyenne pour le climat

Automobile, aérien, agrochimie ou publicité, l'offensive a été "acharnée".

C'est ce que révèle l'Observatoire des Multinationales dans un rapport publié le 8 février dernier. Les journalistes à l'origine de ce rapport considèrent que les industriels ont mobilisé "tous les leviers d’influence à leur disposition" pour détricoter les 149 mesures proposées en juin par les citoyennes et citoyens tirés au sort de la Convention citoyenne pour le climat. Les lobbies se sont mobilisés pour dénoncer des propositions "liberticides" ou relevant de "l’écologie punitive". En creux, "le principe même d’une régulation publique de l’activité économique au nom du climat était remis en cause". Méthode : se poser en victime d'un "bashing" imaginaire. Des professionnels de la communication ont été sollicités pour l'occasion, notamment les cabinets de conseil Boury Tallon ou Batout Guilbaud. L'affaire a fait l'objet d'une vaste coordination entre les différents secteurs et a réuni organisations patronales, avocats d’affaires et groupes de réflexion libéraux... Pendant l'été et au début de l'automne, de multiples événements ont été organisés auxquels étaient conviés parlementaires et membres du gouvernement. Ce lobbying a été largement relayé par l'administration : les hauts fonctionnaires ont rédigé de nombreux rapports, contestés pour leur "partialité" et leur "méthodologie rudimentaire", afin de décrédibiliser les propositions des citoyens. La virulence des propos contre la Convention climat, touchant souvent à l'injure et à l'invective, a été à la mesure de l’inquiétude des industriels.
Le projet de loi qui sera examiné à l’Assemblée nationale en mars a peu de chances de répondre à l'objectif de départ : la baisse de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

 

Source : Reporterre, Gaspard d'Allens – 08/02/21