Michèle Rivasi : "Covid-19 : Un vaccin c’est bien, mais on n’est pas des cobayes"

Michèle Rivasi : "Covid-19 : Un vaccin c’est bien, mais on n’est pas des cobayes"

Elle est favorable à un vaccin qui présente toutes les garanties d'efficacité et d'innocuité mais elle est sceptique sur la communication des labos.

"Par exemple, quand Pfizer annonce qu’il a trouvé un vaccin à 90 % d’efficacité, son action s’envole", constate Michèle Rivasi. "Mais quand on regarde en détail les chiffres sur les 43 000 volontaires testés, l’échantillonnage, qui permet d’obtenir ces 90 % est pour l’instant très faible."
De plus il reste à déterminer les effets secondaires et, pour cela, tester le vaccin sur un public très varié. Pour l'instant les essais sont encore trop limités. Par ailleurs les laboratoires refusent de donner accès à leurs données.
"Donc si on trouve un vaccin c’est très bien, mais on ne peut pas être tous cobayes quand même."
Michèle Rivasi n'est pas pour l'obligation vaccinale : "je préfère que l’État fasse de la pédagogie pour inciter les populations à risque à se faire vacciner".
Elle rappelle qu'en France la culture anti-vaccin vient d'une défiance envers les laboratoires, à la suite des différents scandales sanitaires (sang contaminé, Mediator, Dépakine et autres).
"Cette défiance n’est pas née ex-nihilo, elle s’accentue parce que nos institutions n’ont pas montré leur rébellion contre des gros labos."

Source : Kaizen, propos recueillis par Pascal Greboval - 12/11/20