Phytothérapie : une grande part du savoir traditionnel disparaît

Phytothérapie : une grande part du savoir traditionnel disparaît

La disparition des langues autochtones entraîne celle d'une grande partie des connaissances sur les plantes médicinales.

C'est le triste verdict d'une étude qui vient d'être publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) après analyse de 3 597 espèces médicinales et 12 495 utilisations médicinales associées à 236 langues autochtones d'Amérique du Nord, du nord-ouest de l'Amazonie et de Nouvelle-Guinée.

Les chercheurs estiment que plus de 75 % des utilisations de plantes médicinales dans le monde ne sont connues que dans une seule langue.
Les langues menacées représenteraient 86 % des connaissances uniques sur les plantes médicinales en Amérique du Nord et en Amazonie, 31 % en Nouvelle-Guinée.
On estime le nombre de langues dans le monde à près de 7 400 et 30 %, à transmission orale, seraient menacées de disparition d'ici la fin du 21e siècle. Avec elles, risquent disparaître des connaissances médicales précieuses.
Les auteurs de l'étude appellent donc à "mobiliser des ressources pour la préservation, la revitalisation et la promotion de ces langues menacées".

 

Source : Psychomédia – 14/06/21