Le compost domestique

Le compost domestique

C'est une manière économique d'avoir un excellent engrais pour nos plantes et d'économiser près de la moitié de nos déchets domestiques. Le compostage est un processus naturel et il n'est pas difficile de le mettre en œuvre.

Image

Sommaire

- 100 €
 dans la poubelle
- Un coût en moins pour la collectivité et pour nous
- Un avantage pour nos sols

- Comment s'y prendre
- Les techniques : fût, silo, tas ou lombricompost ?
- Où acheter ?

Nous le savons, nous produisons trop de déchets. 

Comment les réduire ? Nous pouvons facilement éviter le gaspillage en achetant différemment, en conservant correctement nos restes et en les utilisant de manière astucieuse… 

Comment optimiser le recyclage ? Nous avons tous plus ou moins pris l'habitude du tri sélectif mais pas encore tout à fait du compostage des déchets organiques.

100 €
 dans la poubelle
En France, nous jetons chacun à la poubelle 30 kg d'aliments par an, dont 7 kg encore emballés, l'équivalent de 100 € par personne* !

Si on y ajoute les autres matières putrescibles et les papiers-cartons, ce sont 40 kg d'ordures ménagères que nous pouvons chacun recycler chaque année dans le compostage.

Un coût en moins pour la collectivité et pour nous
Les déchets qu'on met dans le compost, c'est du volume en moins à prendre en charge par la collectivité. Un engrais qui n'aura pas coûté cher !

C'est aussi moins de transports, moins de quantités incinérées ou mises en décharge, d'où un meilleur bilan carbone.

Un avantage pour nos sols

Une fois que le compost est mûr, il peut être incorporé à la terre pour la rendre plus fertile : dans nos potagers, massifs de fleurs, jardinières ou pots d'intérieur.
Cet "amendement", comme on l'appelle, a un effet intéressant sur la structure du sol. Il lui donne une meilleure perméabilité, une meilleure faculté de retenir l'eau, facilite la pénétration des racines, réduit l'effet du gel… 
Il a aussi un effet sur les caractéristiques du sol : il en évite ou corrige l'acidification et fournit des substances nutritives au plantes.

Comment s'y prendre
Le principe du compostage est toujours le même. Les micro-organismes doivent avoir les conditions idéales pour se multiplier et décomposer les matières organiques. Quelles sont ces conditions ?

- L'aération : l'air doit pouvoir circuler dans le compost, il doit y avoir un brassage régulier.
- L'humidité : ni trop, car il peut y avoir des odeurs désagréables et le processus est freiné ; ni pas assez, car le compostage s'arrête.
- Le bon mélange : une part de déchets carbonés (branches, feuilles mortes, papier, carton…) et une ou deux parts de déchets azotés (épluchures de fruits, restes de légumes, herbe coupée…).

Les techniques : fût, silo, tas ou lombricompost ?
Il y a plusieurs méthodes, aucune n'est très coûteuse et si l'on est un peu bricoleur on peut même construire son bac à compostage soi-même avec du bois, du treillis métallique, des parpaings…

Fût, silo ou tas ? Le choix dépend beaucoup de la superficie de son terrain, du volume de déchets à traiter, du voisinage.

En appartement on peut aussi faire son compost mais on doit opter alors pour le lombricompost (ou vermicompost). Non, ça ne sent pas mauvais dans la maison ! Là, ce sont des vers qui font le boulot. Ils ressemblent aux vers de terre, ils sont rouges ou tigrés, mangent environ une fois leur poids par jour et se reproduisent à tour de bras (si l'on peut dire). 



Où acheter ?

On trouve les différents bacs à compost dans les jardineries, les quincailleries, les grandes surfaces.
La marque NF-environnement apporte un certain nombre de garanties sur leur qualité.



Si nous optons pour le compostage de nos déchets ménagers, nos plantations nous diront "merci".

 

Source :
*Ademe : 5 règles pour réussir son compost

 En savoir +

Ce qu'on peut composter ou pas

À différents degrés tous les déchets organiques sont compostables :
- déchets de cuisine : épluchures, coquilles d'œufs, marc de café, filtre en papier, pain, laitages, croûtes de fromages, fanes de légumes, fruits et légumes abîmés…

- déchets de jardin : gazon tondu, feuilles, fleurs fanées, mauvaises herbes…

- certains déchets de maison : mouchoir en papier et essuie-tout, cendres de bois, sciures et copeaux, papier journal, cartons, plantes d'intérieur…

Il faut prendre soin de minimiser la dose de polluants potentiels : épluchures traitées avec des pesticides ou des anti-germinatifs (pommes de terre), papiers imprimés, cartons souillés avec des produits pollants…

En revanche, on ne peut pas composter
 tout ce qui ne se dégrade pas et/ou qui peut être polluant pour l'environnement :
tissus synthétiques (nylon, lycra…), plastiques, verre, métaux, bois traités, vernis ou peints, couches-culottes, contenus des sacs d'aspirateurs, terre, sable, produits chimiques (huile de vidange)…

30 kg
d'aliments consommables
par personne et par an en France
sont jetés à la poubelle*

7 kg
d'aliments emballés
par personne et par an en France
sont jetés à la poubelle*

40 à 60 %
de nos poubelles
sont constitués
de déchets organiques*