Amory Lovins : "Poursuivre le nucléaire est une folie"

Amory Lovins : "Poursuivre le nucléaire est une folie"

La France serait en passe de rater le boum économique mondial des renouvelables…

Selon Amory Lovins, ce physicien états-unien apôtre du "negawatt" (unité théorique de l’énergie économisée), un spécialiste des énergies que consultent gouvernements et entreprises du monde entier, la raison en est l'attachement nostalgique au nucléaire. Cette industrie serait révolue et ruineuse. Moins chères, plus propres et plus efficaces, les renouvelables ont déjà gagné la partie.
"En 2020, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), 90  % des nouvelles capacités de production d’électricité [en puissance] viennent des renouvelables ; d’ici 2025 ce sera 95  %."

Méthodiquement, Amory Lovins détruit ce qu'il appelle des "mythes"…

- Le solaire et l'éolien ne sont pas plus intermittents que les centrales fossiles ou nucléaires qui sont fermées environ 10 à 12 % du temps (5 580 journées-réacteurs sans production sur la parc nucléaire français en 2019).

- Les terres et métaux rares nécessaires aujourd'hui aux éoliennes et aux panneaux solaires pourront être remplacés par des substances qu'on trouve en abondance (silicium) ou de nouvelles chimies recyclables.

- Le coût du solaire et de l'éolien se situe entre 1 et 2 centimes de dollar le kWh alors que, selon la Cour des comptes française, le nucléaire de Flamanville-3 se situera entre 13 et 14 centimes de dollar.

- Le nucléaire, une folie technologique qui rappelle celle du Concorde, est en faillite et nécessite une phase terminale prudente, ordonnée pour mettre à la retraite les anciennes centrales avant que des problèmes plus graves ne surviennent.

- L'Allemagne n'a pas augmenté sa part d'énergie produite au charbon depuis l'arrêt du nucléaire : elle a réduit sa production d’électricité à partir de combustibles fossiles de 131 TWh tout en augmentant ses exportations nettes d’électricité, grâce à la réduction de sa consommation intérieure de 61 TWh.

 

Source : We Demain, Yves Heuillard – 30/03/21