Charcuteries : pour l'interdiction des nitrites et nitrates (cancérigènes)

Charcuteries : pour l'interdiction des nitrites et nitrates (cancérigènes)

"Il existe aujourd’hui une certitude scientifique : la charcuterie nitrée est cancérigène pour l’Homme."

C'est le rappel que vient de faire le rapport de la mission d'information sur les sels nitrités dans l’industrie agroalimentaire qui a été publié le 13 janvier dernier. En 2015, le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) a classé la charcuterie comme "cancérigène avéré pour l’Homme" en s’appuyant sur "des preuves suffisantes concernant le cancer colorectal". "Avec l’alcool, la charcuterie est ainsi devenue le seul aliment consommé en France faisant l’objet d’un tel classement", signale le rapport.
En cause : environ 76 % de la charcuterie mise sur le marché dans la grande distribution contiendrait nitrates ou nitrites (nitrite de sodium E250, nitrate de potassium E252, nitrite de potassium E249 ou nitrate de sodium E251). Malheureusement les produits sous label bio et autres labels de qualité et d’origine ne font pas exception.

Santé publique France recommande de ne pas dépasser une limite de 150 grammes de charcuterie par semaine. Cela représente environ trois tranches de jambon blanc.
"Ces prescriptions sont très loin d’être respectées : 63 % des Français les dépassent, ce qui est préoccupant."

Propositions du rapport : interdiction de l’utilisation des additifs nitrés dans la charcuterie à compter du 1er janvier 2023 pour les produits à base de viande non traités thermiquement et à compter du 1er janvier 2025 pour l’ensemble des produits de charcuterie.
Un avis de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation) est attendu pour avril.

 

Source : Psychomédia – 23/01/21