Covid-19 : la science confisquée par des intérêts stratégiques ?

Covid-19 : la science confisquée par des intérêts stratégiques ?

"Quand la bonne science est supprimée par le complexe médico-politique, les gens meurent", écrit dans un éditorial Kamran Abbasi, rédacteur en chef du British Medical Journal (BJM).

Le Covid-19 aurait, selon lui, fait l’objet de malversations opportunistes au détriment de la santé publique. Seraient impliqués les politiciens, l’industrie et les experts, y compris des scientifiques, dans un système de corruption à grande échelle.
Il cite quelques exemples...
- La composition, les recherches et les délibérations du conseil scientifique britannique, le SAGE (Scientific Advisory Group for Emergencies) sont restées secrètes avant qu’une fuite dans la presse ne révèle que les professionnels de santé étaient sous-représentés par rapport aux conseillers politiques.
- La publication d’un rapport sur les inégalités face au Covid-19, notamment celles concernant les minorités ethniques, aurait fait l’objet d’obstruction par les autorités pour "contexte politique difficile".
- Le BJM a publié une étude constatant que le test antigénique acheté par le gouvernement pour tester la population à grande échelle n’était en réalité pas aussi performant qu’annoncé par son fabricant. Une agence du ministère de la santé aurait tenté, sans succès, de bloquer cette publication.
- Aux États-Unis, des intérêts privés auraient interféré dans les décisions de la FDA (Food and Drug Administration) afin d’autoriser ou d’interdire des traitements comme l’hydroxychloroquine ou le remdésivir.

Le Dr Abbasi déplore cette intrication entre politique et intérêts privés. Il la juge incompatible avec l’intérêt général en matière de santé publique.
On attend que les médias français relaient cette réflexion et la prolonge par une véritable enquête sur ce qui s'est passé en France.

Source : Alternative Santé - 27/11/20