L’accès à un environnement sain déclaré droit de l’homme, vraiment ?

L’accès à un environnement sain déclaré droit de l’homme, vraiment ?

Le droit humain à disposer d’un environnement propre, sain et durable vient d'être reconnu pour la première fois.

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a voté un texte proposé par le Costa Rica, les Maldives, le Maroc, la Slovénie et la Suisse, avec 43 voix pour et 4 abstentions (Russie, Inde, Chine et Japon).

Les ONG environnementales se félicitent de ce vote qui constituent, selon elles, un pas intéressant pour aider "les communautés locales à défendre leurs moyens de subsistance, leur santé et leur culture contre la destruction de l’environnement" et les gouvernements "à élaborer des lois et des politiques de protection de l’environnement plus solides et plus cohérentes", selon Human Rights Warch.

Ce texte reste une recommandation et devra être adopté par l'Assemblée générale des Nations Unies. Or les réticences y sont très fortes, les États craignant une atteinte à leur souveraineté économique.
Pourtant il y a urgence : selon l’OMS, 13,7 millions de personnes meurent chaque année à cause des risques environnementaux, ce qui représente environ 24,3 % du nombre total de décès dans le monde.

 

Source : Natura-Sciences, Jeanne Guarato – 11/10/21