L’air marin et l’activité physique contrarient le Covid-19

L’air marin et l’activité physique contrarient le Covid-19

Respirer l'air marin et pratiquer une activité physique auraient des effets protecteurs contre le Covid-19…

C'est ce que montrent deux études récentes.

L'une, réalisée aux États-Unis, montre que respirer de l’air humide salé réduirait l’exhalation de microgouttelettes (potentiellement infectieuses) de près de 50 % dans un délai de 10 minutes. L’air humide faciliterait notamment le travail de neutralisation et de nettoyage du mucus dans le tractus respiratoire. Par ailleurs une analyse des données américaines entre janvier 2020 et mars 2021 indique une réduction de 25 à 30 % de l’incidence du Covid 19 et des décès dans les régions des côtes du Pacifique et du golfe du Mexique par rapport aux régions intérieures.

L'autre étude, réalisée en Corée entre janvier et juillet 2020 auprès d'environ 200 000 personnes conclut que, parmi les personnes hospitalisées pour le Covid-19, celles qui pratiquaient une activité physique à hauteur des recommandations officielles (activité aérobie et renforcement musculaire) avaient effectué un séjour raccourci de près de 48 heures par rapport aux autres.

Ces deux études valident donc les effets bénéfiques de l'air marin et de l'activité physique en prévention du Covid-19. Elles interrogent la pertinence des mesures sanitaires ayant consisté à interdire l’accès aux plages en Corse, en Vendée, dans le Morbihan et le pourtour méditerranéen, à fermer les salles de sport ou restreindre les pratiques en extérieur.

 

Source : Alternative Santé, Jean-Pierre Giess – 13/09/21