Le yoga modifie le cerveau et améliore la santé mentale

Le yoga modifie le cerveau et améliore la santé mentale

Des travaux scientifiques ont cherché à évaluer les effets du yoga sur la santé de la population générale et de certaines populations spécifiques.

Les résultats pointent des bénéfices sur l'équilibre, la souplesse, le renforcement des muscles et du cœur, le système immunitaire et la gestion de la douleur.

Une méta-analyse (analyse d'analyses) chinoise récente a décortiqué les résultats de 15 publications scientifiques étudiant les effets du yoga et de plusieurs pratiques "corps-esprit" comme le Taiji Quan ou le Qi Gong. Elle montre plusieurs améliorations chez les pratiquants, notamment l'augmentation de la taille de certaines régions du cerveau (cortex préfrontal, hippocampe, lobe temporal, insula, cortex cingulaire) essentiellement impliquées dans la régulation émotionnelle, la mémoire et le contrôle de soi. Une meilleure connectivité fonctionnelle a été également observée dans les réseaux cérébraux de haut niveau, comme celui du contrôle cognitif (régulant l’attention, l’inhibition, la mémoire de travail…) et celui du mode par défaut (réseau des pensées, des émotions de soi et d’autrui).

Une autre méta-analyse portant sur 42 études montre que le yoga contribue à la réduction du stress en diminuant la quantité de production de l'hormone concernée, le cortisol.
Une troisième méta-analyse portant sur 27 études menées sur des enfants et adolescents a étudié les effets du yoga sur les symptômes anxiodépressifs. 70 % de ces travaux montraient une amélioration de la santé mentale des jeunes.
Une quatrième méta-analyse portant sur 13 articles de la littérature scientifique a montré qu'après une séance de yoga, des adultes avec ou sans trouble cognitif présentaient des améliorations de leurs performances attentionnelles, mnésiques et d'inhibition.

Les scientifiques soulignent que les améliorations observées semblent particulièrement dues aux exercices de pleine conscience et de méditation qui ponctuent les séances de yoga. D’autres facteurs pourraient également entrer en jeu comme le fait d’être en groupe durant les séances.

 

Source : The Conversation, Marc Toutain & Anne-Lise Marais – 23/11/22