Réguler la publicité, un enjeu sanitaire et écologique

Réguler la publicité, un enjeu sanitaire et écologique

Nous sommes soumis à un nombre de spots publicitaires compris entre 50 et 100 par jour...

Voire 5000 si l'on rajoute les panneaux publicitaires, les devantures, les affiches sauvages, les vidéos et autres promotions sur Internet, les logos !
Problème : la publicité n'informe pas de manière objective et crée des besoins artificiels, selon Didier Courbet, spécialiste dans l'impact de la publicité sur l'être humain. Les études scientifiques ont montré qu'il y a un lien entre la publicité et le surpoids. Il y aurait même un lien avec la baisse du bonheur. "On voit une causalité entre la publicité numérique et la diminution du bonheur, car elle est l’un des principaux agents vecteur de frustration."
Des ONG s'émeuvent également de son impact sur l'environnement : la publicité en ligne a émis 60 mégatonnes de CO2 dans l’atmosphère en 2016, soit l’équivalent de 60 millions d’allers retours Paris-New York en avion.

Didier Courbet considère qu'il est vain de penser que les industriels peuvent s'autoréguler. C'est à l'État de le faire. Et les consommateurs ont un rôle à jouer : "Il faut mettre un peu de conscience dans l’inconscient : aller dans un supermarché en ayant des règles du type "je n’achèterai pas de produit en-dessous du Nutri-Score B", permet de mieux résister aux signaux publicitaires."

 

Source : Kaizen, Léopold Picot – 27/06/21