ÉDITO DE FRANCK ARGUILLÈRE

ÉDITO DE FRANCK ARGUILLÈRE

L'ambiance est tendue, vous ne trouvez pas ? La tendance actuelle est de pointer du doigt les uns, les autres. Les pro-masques contre les anti-masques, les pro-Raoult contre les anti-Raoult, les pro-hydroxycholoroquine contre les anti-hydroxychloroquine, les pro-vaccins contre les anti-vaccins, les pro-confinements contre les anti-confinements, comme hier les pro-homéopathie contre les anti. Au lieu de discuter on se dispute. Au lieu d'écouter ce qui se dit, on refuse d'entendre voire de débattre. Au lieu d'être dans l'argument, on est dans l'invective. À l'instar du point Godwin, on est prompt à dégainer l'injure "conspirationniste" dès qu'on est un peu court.

Pourtant un certain nombre de voix raisonnables tentent d'expliquer que lorsqu'on adopte une démarche scientifique, on n'est pas "pro" ou "anti". On regarde les études, leurs résultats et leur méthodologie. On en tire des conclusions avec humilité et modestie parce qu'on sait qu'elles pourront être confirmées ou remises en cause dans cinq, dix ou quinze ans. Aucun des médecins que j'ai interviewés n'est pro ou anti-vaccins. Tous regardent avec attention les travaux scientifiques qui évaluent la balance bénéfices-risques de chaque produit et, en fonction, conseillent à leurs patients de faire ou de ne pas faire.

Force est de constater que, pour l'instant, on ne sait rien des vaccins anti-covid qui font grand bruit dans les médias pour des raisons purement publicitaires. Aucune étude n'a été publiée, on ne connaît pas les effets secondaires éventuels, la durée de l'immunité, on ne sait pas s'ils empêchent la transmission du virus… Cela n'empêche pas le débat de faire rage, les sondages de se multiplier et les noms d'oiseaux de pleuvoir de part et d'autres.

Est-il bien compliqué de comprendre la méfiance des Français vis-à-vis de ce vaccin ? On rappelle à foison que nous sommes le pays de Pasteur. C'est très bien. A-t-on oublié que nous sommes aussi le pays qui a vécu plus récemment le scandale du sang contaminé, du Distilbène, du Vioxx, de la Dépakine, du Médiator ou du Lévothyrox ? A-t-on oublié le mépris que l'industrie pharmaceutique a toujours manifesté ces dernières décennies vis-à-vis des patients victimes de ses malversations ? A-t-on oublié que la confiance de la population vis-à-vis des autorités de santé s'est effrité au fil du temps du fait de leur compromission dans ces scandales à répétition ? Au 1er janvier 2021, l'homéopathie cessera d'être remboursée. A-t-on oublié, il y a deux ans, les injures et les invectives contre les médecins homéopathes dont la pratique est plébiscitée par les trois quarts des Français ? Le déremboursement de l'homéopathie et la violence de ses détracteurs auront contribué, eux aussi, à éloigner la population de la médecine.

On sait que la peur rend agressif. Au vu de la violence de certaines diatribes, il semblerait bien qu'en France, nombreux soient celles et ceux qui sont pétris de peur. La facture risque d'être lourde : les clivages se font plus profonds et les conspirationnistes de tous poils, les vrais, y trouvent un terrain idéal pour proliférer.