La disponibilité en azote, enjeu crucial pour le futur de l’agriculture bio

La disponibilité en azote, enjeu crucial pour le futur de l’agriculture bio

En bio, pour apporter l'azote nécessaire, seuls les légumineuses et les fumiers d’élevage peuvent fertiliser les sols.

La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si une agriculture qui bannit les engrais et pesticides de synthèse pourra nourrir la planète.
Une étude publiée en mai 2021 dans la revue Nature Food aboutit aux conclusions suivantes…
Une généralisation à 100 % de l'agriculture biologique à l'échelle mondiale aboutirait à une forte carence en azote entraînant une perte de production alimentaire de l’ordre de 35 % par rapport à la situation actuelle.
En revanche il serait possible de passer à 40 ou 60 % de la surface agricole mondiale en agriculture biologique et nourrir 7 milliards d'êtres humains, sous certaines conditions :
- insérer plus fortement les légumineuses dans les systèmes de culture ;
- revoir les systèmes d'élevage en diminuant le nombre de cochons et volailles alimentés principalement avec des céréales et en privilégiant les vaches, chèvres et moutons ;
- réduire radicalement les pertes et gaspillages alimentaires ;
- rééquilibrer nos menus à hauteur de 2 200 kcal par jour (au lieu de 3 000 kcal/jour aujourd'hui en Europe et Amérique du nord).

 

Source : The Conversation, Thomas Nesme et Pietro Barbieri – 23/09/21