Le télétravail, moins bien vécu par les jeunes, les femmes et les employés

Le télétravail, moins bien vécu par les jeunes, les femmes et les employés

Révélation professionnelle, tournant dans l'organisation du travail ou parenthèse vite refermée…

Après un an de crise sanitaire, le télétravail a donné lieu à toute une palette de vécus, selon une enquête en ligne de l'ESSEC réalisée en avril 2021 auprès d'environ 1 800 employés et utilisateurs de bureaux.

Globalement la dernière période de confinement (d'octobre 2020 à avril 2021) a été bien vécue par 48 % des personnes interrogées et mal vécue par 22 %.
La satisfaction varie selon la position hiérarchique : elle concerne 63 % des cadres dirigeants, 52 % des cadres intermédiaires et 39 % des employés.
À poste égal, les hommes ont mieux vécu l'expérience que les femmes (55 % contre 44 %). Ce sont les plus âgés qui en sont le plus satisfaits, même si les plus jeunes ont ressenti une efficacité accrue de leur travail.
Ces derniers sont ceux qui manifestent la plus grande impatience de retrouver leurs conditions de travail initiales (79 % des 18-26 ans, 64 % des 27-40 ans, 54 % des 41-56 ans et 58 % des 57-76 ans).

Ces résultats s'expliquent pour beaucoup par la qualité du logement, le volume des espaces d'habitation et le niveau d'équipement domestique.
Quelles formes prendront demain les bureaux ? Il faudra s’accommoder de cette diversité de perceptions, des différentes manières d’habiter et de pratiquer l’espace.

 

Source : The Conversation, Ingrid Nappi, Diane Le Luyer – 28/06/21