Scandale du Mediator : les laboratoires Servier reconnus coupables de "tromperie aggravée"

Scandale du Mediator : les laboratoires Servier reconnus coupables de "tromperie aggravée"

Coupables de "tromperie aggravée" et "d'homicides et blessures involontaires"...

C'est le jugement que vient de rendre le tribunal de Paris, le 29 mars dernier, contre les laboratoires Servier dans l'affaire du Mediator. Le groupe pharmaceutique a été condamné à payer 2,7 millions € d’amende mais a été relaxé du délit "d’escroquerie".
Jean-Philippe Seta, l’ex-numéro 2 et ancien bras droit de Jacques Servier, décédé en 2014, a été condamné à quatre ans d’emprisonnement avec sursis. Le parquet avait requis à son encontre cinq ans dont trois ferme et 200 000 € d’amende.
L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM, ex-Afssaps), qui a "gravement failli dans sa mission de police sanitaire", a été condamnée à 303 000 € d’amende. Le parquet avait requis une amende de 200 000 €.

Irène Frachon, pneumoloque à Brest, avait révélé au grand public au début des années 2000 la toxicité du médicament, à l’origine de graves lésions des valves cardiaques (valvulopathies) et d’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP), une pathologie rare et mortelle.
Dans ses réquisitions, en juin, la procureure avait appelé à "restaurer la confiance trahie" en sanctionnant le "choix cynique" et le "sinistre pari" d’une firme ayant privilégié "ses intérêts financiers" à la santé des consommateurs du médicament, malgré "les risques qu’elle ne pouvait ignorer".

 

Source : Huffington Post -29/03/21