La spiruline : l'or vert

La spiruline : l'or vert

Elle détient un record pour sa teneur en protéines, fer, vitamine B12, bêta-carotène… La spiruline fait partie des "superaliments".

Image

Sommaire

- Très riche en protéines et en antioxydants
- Un "superaliment"
- 3 à 5 g par jour
- Choisir de la spiruline artisanale
- Moins chère en poudre
- Ajouter à notre alimentation
- Des produits de beauté fait maison

Facilité de culture, de récolte, de préparation, équilibre nutritionnel impressionnant et hautement assimilable, certains experts prétendent que la spiruline pourrait constituer une solution à la malnutrition pour les populations démunies du tiers-monde…

Il s'agit d'une cyanobactérie, c'est-à-dire une bactérie réalisant la photosynthèse. Souvent considérée comme une algue microscopique, elle appartient à la famille des algues bleu-vert.

Très riche en protéines et en antioxydants
C'est une excellente source de fer. Elle est très riche en protéines (55 à 70 %). Plus encore que le soja (35 %) ! Une des protéines de la spiruline est la phycocyanine (15 % du poids total de la spiruline), une association de protéines avec des pigments hydrosolubles. Plusieurs études ont montré que la phycocyanine a pour effet de stimuler le système immunitaire et qu'elle joue un rôle dans la fabrication des globules rouges et blancs.
Elle contient une quantité appréciable d'acide gamma-linolénique, de la famille des acides gras oméga-6.
Du fait d'une très faible teneur en cellulose, la spiruline ne pose pas de problèmes d'assimilation par l'organisme.*

Mine de nutriments dans un petit volume, elle est exceptionnellement riche en antioxydants : caroténoïdes (bêta-carotène principalement, mais aussi cryptoxanthine, lutéine, zéaxanthine…) et chlorophylle. Elle peut donc de ce fait contribuer à une diminution du risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement.*

Un "superaliment"
En complément alimentaire, on lui prête de nombreuses vertus :
- stimuler le système immunitaire,
- contribuer à faire baisser le taux de cholestérol,
- traiter la leucoplasie (inflammation précancéreuse des muqueuses de la bouche) et prévenir sa transformation en cancer,
- diminuer les troubles liés aux affections intestinales,
- réguler et abaisser le taux d'insuline chez les diabétiques,
- réduire les effets provoqués par les rayons gammas,
- réduire l'acné,
- lutter contre l'anémie et protéger contre les métaux lourds.
Elle s'inscrit dans le cadre d'une alimentation équilibrée permettant de ralentir le phénomène de vieillissement et de diminuer le risque de cancer.*

3 à 5 g par jour
Vu sa richesse nutritionnelle en vitamines et minéraux, on ne peut pas consommer de grosses quantités de spiruline.
La dose habituellement conseillée est de 3 à 5 g par jour.
Il faut néanmoins l'atteindre progressivement car certaines personnes peuvent présenter des troubles digestifs. On conseille donc de commencer à 1 g de spiruline par jour et d'augmenter chaque semaine au fur et à mesure.

Choisir de la spiruline artisanale
Sous forme de poudre, paillettes, gélules ou comprimés, on la trouve en pharmacie, parapharmacie, sur internet ou chez des petits producteurs artisanaux.
On la préférera artisanale. Produite industriellement (Chine, États-Unis, Inde, Afrique), elle perd une grande quantité de ses qualités nutritionnelles du fait du procédé de séchage par atomisation à haute température (spray-dry).

Elle ne doit contenir que de la spiruline. Il vaut mieux éviter les conservateurs, les colorants ou autres agents. Éviter aussi les mentions du genre "algues bleu-vert" ou "superaliment bleu-vert" : il existe des centaines d'espèces d'algues bleues, qui viennent d'on ne sait où et qui risquent d'être contaminées par des bactéries toxiques.
Vérifier le taux des métaux lourds facilement accumulés dans les algues : arsenic, cadmium, mercure et plomb doivent rester en dessous des normes. Généralement les spirulines vendues dans le commerce sont cultivées artificiellement et donc soumises à des contrôles.

Moins chère en poudre
Le prix de la spiruline en poudre est plus intéressant. On peut facilement multiplier par trois son prix au kilo si on l'achète sous forme de gélules ou de comprimés.

Ajouter à notre alimentation
On peut la consommer de plusieurs façons, saupoudrée sur des salades de crudités ou une soupe, mélangée dans un jus de fruit ou à des céréales, intégrée dans une mayonnaise ou une pâte à crêpe.

Par exemple, pour réaliser un riz à la spiruline (recette inspirée du dihé africain), il suffit de faire revenir 1 gousse d’ail et 2 oignons émincés, du poivre vert, un soupçon de piment, d'ajouter à ce mélange, lorsqu’il est cuit, une cuillère à soupe de spiruline dissoute dans un peu d’eau, puis mixer et verser la purée obtenue sur un bol de riz cuit dans 2,5 fois son volume d’eau.

Des produits de beauté fait maison
- Bain "Lochness" revitalisant

Mélanger 50 g de gros sel marin et 20 g de spiruline en poudre.
Au contact de l’eau chaude et du sel, elle relance son processus vital offrant ainsi un bain de spiruline "vivante".

- Masque "Hulk" coup d’éclat
Intéressant pour redonner un petit coup d'éclat à la peau après l'hiver.
On mélange 1 c. à soupe de spiruline en poudre avec 1 c. à soupe de fromage blanc. On étale le masque sur le visage et sur le cou.
On laisse poser 15 à 20 minutes puis on rince à l'eau.

- Masque "Martien" revitalisant (toutes peaux)
Mélanger 2 c. à soupe d’argile rouge, 1 c. à soupe de spiruline en poudre, assez d’hydrolat de rose de Damas pour créer une pâte, puis 2 gouttes d'HE (Huile Essentielle) de bois de rose, 1 c. à café ou plus d’HV (Huile Végétale) de pépins de raisins et un hydrolat ou vapo d'eau de source pour ne pas laisser sécher le masque !

Compte tenu de l'intérêt de la spiruline dans tous ces domaines, il n’y a pas de raison de s’en priver ! Non ?

 

Sources :
Wikipédia : Spiruline
*Passeport Santé : Spiruline

 En savoir +

Origines mexicaines

Le conquistador espagnol Cortès rapporte dans ses mémoires cette curieuse habitude qu'avaient les indiens de promener à la surface des lacs des filets très serrés pour récolter une sorte de boue verte qu'ils faisaient sécher au soleil pour la consommer ensuite sous forme de galette. Les aztèques, déjà, consommaient de la spiruline.

Au milieu des années 1960, Jean Léonard, botaniste belge, découvre la spiruline sur les marchés indigènes au Mexique et met en lumière ses qualités nutritives. Dès lors on commence à la cultiver soit dans des fermes géantes pour la production mondiale (Californie, Hawaï…) soit dans des fermes artisanales pour lutter contre la malnutrition dans les pays en voie de développement.